Un film inspiré par un faits divers de 1981
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !
DANS NOS ARCHIVES

Un film inspiré par un faits divers de 1981

Marlene CLEOMA

Il y a 40 ans, un Guyanais en colère après la mort de son bébé prenait trois infirmières en otage à l’hôpital. Chloé Bebronne en a tiré un court-métrage.

 …Si d’autres l’avaient fait avant moi, mon enfant serait encore en vie.

Tels sont les propos de René Ciceron dans nos colonnes le vendredi 25 août 1981 au matin. Il y a 40 ans, un drame survient à l’hôpital de Cayenne, alors situé sur le site de Saint-Denis. L’histoire commence le 24 août au soir. Il est 22 heures, René Ciceron, dj de la discothèque La Grotte, se présente à l’hôpital de Cayenne avec son enfant de 20 jours qui présente des signes d’étouffement. D’emblée, les médecins lui diagnostiquent une crise de cyanose. Le lendemain, c’est le drame, le désespoir pour ce père qui vient de perdre son troisième enfant.

Douleur et colère se mélangent dans la tête du père de famille qui s’en va de l’hôpital et revient deux heures plus tard avec… un fusil de chasse à canon scié dissimulé sous un linge blanc et prend en otage trois infirmières dans le cabinet du médecin en chef de l’époque. Il exige la présence des médias pour exprimer sa colère. « Je tiens à ce que toute la Guyane sache ce qui se passe, déplore-t-il dans notre éditions. S’il y a un problème en pédiatrie, c’est que n’importe qui vient en Guyane et veut soigner les enfants de Cayenne ». Ce 24 août 1981, face à René Ciceron, Jean-Claude Argentin journaliste de France 3 est présent et fait face au désarroi du père en colère. Après discussion, le disc-jockey accepte de lui remettre l’arme…