Les Assises de la sécurité de Guyane en direct
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !
DIRECT TOUTE LA JOURNEE

Les Assises de la sécurité de Guyane en direct

La rédaction

La situation de crise sécuritaire - avec 31 homicides recensés depuis le début de l'année, et d'innombrables attaques aux personnes - nécessite des réactions à tous les niveaux. Moyens, stratégies et politiques publiques ambitieuses sont demandés. Dans ce contexte, la Collectivité territoriale de Guyane organise avec la préfecture, le rectorat, le ministère de la Justice et l'Association des maires de Guyane, les Assises de la sécurité. Élus, forces de l'ordre, acteurs du territoire et trois ministres (celui de l'Intérieur, celui des Comptes publics et le Garde des Sceaux) seront présents pour cet événement qui doit rassembler près de 250 personnes de 8 h à 19 h à l'hôtel territorial. À suivre toute la journée sur ce fil et sur nos réseaux sociaux.

Les trois ministres ont pris place à la CTG

Eric Dupond-Moretti, Gérald Darmanin et Gabriel Attal ont ensuite répondu aux questions des élus locaux.

Restitution des ateliers. Gabriel Serville : "Il ne s’agissait par pour nous de faire ce qui a été fait avant. On était sur une situation bloquée depuis 2017 et il était temps de relancer la machine."

Gabriel Serville a tenu le discours introcductif

Les députés de Guyane en discussion ce matin lors des Assises de la sécurité

Députés, préfet, sénateur, AMG devant l'assemblée plénière © NL

Jean-Victor Castor, député de la 2eme circonscription : "Je suis gêné d'être ici, déjà parce que les ministres ne sont pas là. Ils nous ont détruits et maintenant on doit leur demander s'il vous plaît pour avoir un peu de terre"

Davy Rimane, député de la 2? circonscription : Je suis très fortement agacé de cette situation. Nous avons la palme d’or de tous les mauvais sujets. Aujourd'hui, le temps est venu pour les réparations. L’État a fauté avec ses territoires d’Outre-mer.

Michel-Ange Jérémie, président de l'AMG : "Quelle est la pertinence de ces ateliers sans les ministres. Nous attendons des réponses de l'État. Nous avons l’impression que les jeux sont déjà faits."

Préfet Thierry Queffelec : J’ai entendu la voix de la population. Au-delà des chiffres, il est question de drames humains. Je ne suis pas ici pour vous dire ce que l’Etat fait à déjà fait… Discours simpliste. La solution à la délinquance est collective. Je n’ai aucune idée arrêtée.

Les différents ateliers de discussion dans le cadre des Assises de la securite sont en cours...

Après avoir assisté aux ateliers, Trop Violans quitte l'événement du jour. "On répète ce qu'on avait établi 5 ans plus tôt." Pas satisfaite, l'association se retire et n'assistera pas aux annonces de ce soir, dont ils n'attendent rien de concret.

Rodolphe Alexandre et la maire de Saint-Elie discutent avec Philippe Dubelcco, le recteur

L'Union des travailleurs guyanais est présente. " Cela ne tiendrait qu'à moi, je ne serais pas là mais mon syndicat voulait être présent".

Gabriel Serville, lors de son discours introductif

Les assises de la sécurité se déroulent à l'hôtel de la Collectivité territoriale de Guyane ( CTG ) © GT

18 h 30 : Prises de parole des trois ministres et séance de questions

Gerald Darmanin, ministre de l'Intèrieur et des Outre-mer : 
"Même si nous avons augmenté le nombre de douaniers, policiers, gendarmes et magistrats : à cause de la surproduction de la drogue en Amérique du Sud, nous devons mettre des moyens plus importants sur l’ensemble du territoire."
Le ministre de l'Intérieur dit : "C’est la 7eme fois que je viens en Guyane et à chaque fois les élus et le peuple demandent plus à l’État, ce qui est légitime."
Gérald Darmanin annonce : L'installation d’une antenne RAID : 13 policiers d’élite qui vont quitter Paris pour venir s’installer en Guyane de manière définitive.
Annonce aussi la pérennisation de l'escadron de gendarmerie mobile venu dernièrement en renfort. Les 70 gendarmes mobiles resteront ainsi en Guyane à cet effet.
Le ministre de l'Intérieur annonce également la création de 4 nouvelles brigades de gendarmerie : 2 brigades fluviales et 2 routières : 40 agents.
100 % des vols vers la métropole seront contrôlés ainsi que l'intégralité des voyageurs, dit encore le ministre de l'Intérieur

Gabriel Attal, le ministre de l'Action et des Comptes publics :
"Nous avons conscience de la gravité des enjeux. Si ce qui se passe ici au quotidien avait lieu en hexagone, elle ferait la une des médias matin, midi et soir, car elles scandaliseraient tout le monde."
Annonce le "renforcement massif des effectifs sur l’aéroport".
Recrutement de 10 agents supplémentaires d’ici à 2023. Une incitation des agents à prendre des postes en Guyane est évoquée également
Annonce également : une nouvelle équipe de maitres-chiens de plus en Guyane à l’aéroport d’ici à avril au plus tard. 
Également, un nouveau scanner à bagages à l'aéroport ainsi que l'installation d'un scanner à conteneur au port.

Éric Dupond-Moretti, ministre de la Justice :
"Frontalier du Brésil et du Suriname, la Guyane est exposée aux violences les plus criminelles"
Le Garde des Sceaux conçoit : "Malgré l’engagement des forces de l’état, il y a des atteintes inacceptables. Il faut s’adapter à la réalité du terrain. On met en place un groupe de travail à la direction des affaires criminelles pour renforcer les actions de préventions."
Le ministre de la Justice annonce : La création dans le tribunal judiciaire d'un pôle dédié à la délinquance organisée.
Création instance d'une instance judiciaire régionale de coordination en partenariat avec le parquet de Fort-de-France.
Éric Dupond-Moretti rappelle les annonces d'hier. Création 5 postes de magistrats : 4 au siège/1 au parquet. Un nouveau dispositif de magistrats métropolitains envoyés pour 6 mois. Et la création d’un poste de directeur de greffe et 3 de greffiers.


16 h 40 : Restitution des ateliers 



Atelier 1, "Conseils locaux de sécurité et de prévention de la délinquance" :
L'atelier souligne une démographie explosive dans un contexte de pauvreté. Une déscolarisation ; une perte de valeurs ; perte de confiance?; montée de la délinquance et insécurité.
Recommandations : Porter une réflexion sur une prévention de la délinquance au niveau intercommunal ; renforcer les crédits pour les acteurs qui luttent contre la délinquance ; créer et structurer les CLSPD et un plan d’action par territoire ; financer des postes de coordinateurs.

Atelier 2, "Climat scolaire, bien-être des élèves et des équipes éducatives, réussite scolaire" :
Recommandations : Construction de bâtiments avec une architecture appropriée à la Guyane. Raccourcir les délais de sortie de terre des établissements. Créer des liens entre les élèves qui posent des problèmes, l’équipe éducative et les autres élèves. Relance de l’école des parents. Accorder une importante particulière à l’équipe éducative de l’intérieur

Atelier 3, "Coopération opérationnelle entre les forces de l’ordre, lutte contre les réseaux et coopération transfrontalière" :
Recommandations : Augmenter les moyens des forces de sécurité intérieures en moyens humains. Faciliter le retour des jeunes policiers locaux après l’école. Sur le réseau transfrontalier : améliorer la coopération avec les pays voisins : une police du fleuve. Prendre en charge les jeunes trafiquants pour la réinsertion

Atelier 4, "La Prévention et l’insertion sociale pour un mieux vivre ensemble" :
Recommandations : Mettre en place une conférence sociale territoriale annuelle. Les projets immobiliers doivent faire partie du projet social. Combattre l’oisiveté des jeunes devant les épiceries. Création d'une conférence régulière des financeurs. Déployer des outils de sécurité visibles. Privilégier et mettre en œuvre une politique de prévention en incluant des experts du vécu.


La restitution des ateliers à suivre également sur notre fil Twitter :




14 h 00 : La Fédération des opérateurs miniers pas invitée. Réaction

13 h 30 : Trop Violans se retire des Assises

L'intervention de la maison des lycéens de Bertene Juminer, de Saint-Laurent à voir ici : https://twitter.com/franceguyane/status/1575888406542159872
11 h 30 : au cœur des ateliers

 
Pour suivre les discussions voir les liens ci-dessous.
10 h 30 : Début des quatre ateliers 
Atelier 1 :  Les Conseils Locaux de Sécurité et de Prévention de la Délinquance
Numéro Whatsapp : 0694129703
Lien Youtube : 



Atelier 2 : Climat scolaire, bien-être des élèves et des équipes éducatives, réussite scolaire
Numéro Whatsapp : 0694007159
Lien Youtube : 


Atelier 3 : Coopération opérationnelle entre les forces de l’ordre, lutte contre les réseaux et coopération transfrontalière
Numéro Whatsapp : 0694122300
Lien Youtube : 


Atelier 4 : La Prévention et l’insertion sociale pour un mieux vivre ensemble
Numéro Whatsapp : 0694082174
Lien Youtube : 
 
10 h 15 : réactions après l'ouverture des Assises de la sécurité
Davy Rimane, député de la 2eme circonscription. Intervention de Yvane Goua, de Trop Violans également.


 Michel-Ange Jeremie, président de l'AMG et maire de Sinnamary, sur les discours introductifs des Assises de la sécurité

 
8 h 30 : Les discours officiels
 
Gabriel Serville président de la CTG : "Le sentiment d’insécurité se nourrit de l’accumulation de crimes et délits. Vols, braquages à main armée, font partis du quotidien des guyanais."
"Oui, il faut une présence renforcée des forces de l’ordre, mais il faut surtout une prise de conscience collective. Oui, nous devons prendre notre destin en main ! Je l’espère que cette après-midi, nous reviendrons avec de réelles solutions."

Jean-Victor Castor , député de la 1ere circonscription :  "Je suis gêné d'être ici, déjà parce que les ministres ne sont pas là devant nous pour les débats."
"Nous vivons une insécurité historique, car l’état se dit propriétaire des terres. Ils nous ont détruits et maintenant, on doit leur demander s'il vous plaît pour avoir un peu de terre"

Davy Rimane, député de la 2nde circonscription :  "Je suis très fortement agacé de cette situation. Nous avons la palme d’or de tous les mauvais sujets. Aujourd'hui, le temps est venu pour les réparations. L’État a fauté avec ses territoires d’Outre-mer."
"Le temps où on devait attendre est révolu ! Soit, nous réussirons ensemble, avec l’État, ou soit nous réussirons seul, car l’échec n’est pas une option !"

Michel-Ange Jérémie, président de l'AMG :  "Quelle est la pertinence de ces ateliers sans les ministres. Nous attendons des réponses de l'État mais nous avons l’impression que les jeux sont déjà faits."

Philippe Dulbecco, recteur : "Les faits de violences les plus graves ont lieu hors du temps scolaire. Mais nous ne cherchons pas à nous dédouaner pour autant. L’institution scolaire est également attaquée et avec le vivre ensemble."

Préfet, Thierry Queffelec : "J’ai entendu la voix de la population. Au-delà des chiffres, il est question de drames humains. Je ne suis pas ici pour vous dire ce que l’Etat fait à déjà fait… Discours simpliste."
"La solution à la délinquance est collective. Je n’ai aucune idée arrêtée."
"Le degré de violence en Guyane est inédit. Ce n’est pas un phénomène guyanais, mais une tendance mondiale."

Georges Patient, sénateur : "Les ministres seront fortement interpelés aujourd'hui, je l’espère ! Il aurait fallu faire un bilan complet et en tirer les conséquences avant de vouloir tout réinventer. Nous sommes de nouveau face à un échec !"

Marie Laure Phinéra Horth, sénatrice
:  "Nous, les citoyens de ce pays, nous devons fournir des efforts face à cette insécurité et après nous pourrons exiger des efforts de l’état. Nous devons explorer toutes les pistes qui permettront de sauver notre jeunesse."

Notre fil Twitter alimenté en continu ci-dessous :




La déclaration de Gabriel Serville, président de la CTG
« Dans un contexte d’insécurité grandissante et soucieux de l’impact occasionné dans toutes les sphères de la population guyanaise, l’organisation des Assises de la Sécurité ce vendredi 30 septembre 2022 était indispensable.
La montée des actes de vandalisme et de criminalité sur le territoire atteint un seuil insupportable et impose la prise de mesures radicales dans les plus brefs délais aussi bien sur le volet répressif que sur le volet préventif : c’est d’un véritable plan Marshall de la Sécurité dont la Guyane a besoin !
Comme je l’ai répété à de nombreuses reprises, la sécurité est l’affaire de tous. C’est pourquoi, il apparaît essentiel de réunir l’ensemble des acteurs du territoire guyanais lors d’une journée d’état des lieux, de réflexion et de prise de décisions avec pour objectif d’infléchir la tendance et de définir des solutions pérennes. Ainsi, tout au long de ce vendredi 30 septembre 2022, l’ensemble de la société civile représentée conduira des travaux au sein de quatre ateliers : l’enjeu est d’établir en fin de journée une feuille de route, un agenda, des engagements et des mesures qui permettront de restaurer un climat plus serein favorable au développement de la Guyane, au bien-être de ses habitants et au vivre-ensemble.
À ma demande, le Ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, Gérard Darmanin, participera à cet événement. Seront également présents pour la clôture le Garde des Sceaux Éric Dupond-Moretti qui abordera les questions transfrontalières ainsi que le Ministre délégué chargé des Comptes Publics Gabriel Attal. Cette représentation inédite prouve que les Ministres ont estimé que ces Assises en Guyane étaient centrales, d’où le choix de ce déplacement.
Notre parole collective devra clairement répondre au ras-le-bol de la population et définir des moyens pour la Guyane et sa
jeunesse. »
 

A LIRE : 

o Notre présentation des quatre ateliers pour un électrochoc sécuritaire.
o Notre entretien avec le procureur général, Joël Sollier, qui évoque notamment les gangs en Guyane : « Si la pression sécuritaire ne s’allège pas, vous n’aurez pas de développement économique en Guyane »
o Notre entretien avec le commandant de la gendarmerie : « Les réseaux locaux alimentent la criminalité organisée en Guyane »
o L'expérimentation de la fin des poursuites contre les mules transportant moins de 1,5 kg de cocaïne avait fait grand bruit.
o Par un manque immense de moyens et un nombre impressionnant d'affaires, la justice en Guyane est à bout de souffle.
o Les acteurs de la justice ont annoncé une semaine de justice morte. Les juridictions concentreront ensuite leurs activités sur les urgences jusqu'à la fin de l'année.
Opérations anti-délinquance : les contrôles généralisés se multiplient
Changement d'angle d'attaque pour les contrôles anti-délinquance
 

Eric Dupond-Moretti, Gérald Darmanin et Gabriel Attal ont ensuite répondu aux questions des élus locaux.
Restitution des ateliers. Gabriel Serville : "Il ne s’agissait par pour nous de faire ce qui a été fait avant. On était sur une situation bloquée depuis 2017 et il était temps de relancer la machine."
Gabriel Serville a tenu le discours introcductif
Les députés de Guyane en discussion ce matin lors des Assises de la sécurité
Députés, préfet, sénateur, AMG devant l'assemblée plénière • NL
Jean-Victor Castor, député de la 2eme circonscription : "Je suis gêné d'être ici, déjà parce que les ministres ne sont pas là. Ils nous ont détruits et maintenant on doit leur demander s'il vous plaît pour avoir un peu de terre"
Davy Rimane, député de la 2? circonscription : Je suis très fortement agacé de cette situation. Nous avons la palme d’or de tous les mauvais sujets. Aujourd'hui, le temps est venu pour les réparations. L’État a fauté avec ses territoires d’Outre-mer.
Michel-Ange Jérémie, président de l'AMG : "Quelle est la pertinence de ces ateliers sans les ministres. Nous attendons des réponses de l'État. Nous avons l’impression que les jeux sont déjà faits."
Préfet Thierry Queffelec : J’ai entendu la voix de la population. Au-delà des chiffres, il est question de drames humains. Je ne suis pas ici pour vous dire ce que l’Etat fait à déjà fait… Discours simpliste. La solution à la délinquance est collective. Je n’ai aucune idée arrêtée.
Les différents ateliers de discussion dans le cadre des Assises de la securite sont en cours...
Après avoir assisté aux ateliers, Trop Violans quitte l'événement du jour. "On répète ce qu'on avait établi 5 ans plus tôt." Pas satisfaite, l'association se retire et n'assistera pas aux annonces de ce soir, dont ils n'attendent rien de concret.
Rodolphe Alexandre et la maire de Saint-Elie discutent avec Philippe Dubelcco, le recteur
L'Union des travailleurs guyanais est présente. " Cela ne tiendrait qu'à moi, je ne serais pas là mais mon syndicat voulait être présent".
Gabriel Serville, lors de son discours introductif
Les assises de la sécurité se déroulent à l'hôtel de la Collectivité territoriale de Guyane ( CTG ) • GT