Iracoubo : le barrage a été levé à 14 H suite à des négociations
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !
SOCIAL

Iracoubo : le barrage a été levé à 14 H suite à des négociations

M.O
Un collectif d'habitants organise un barrage pour alerter le Préfet sur l'insécurité à Iracoubo.
Un collectif d'habitants organise un barrage pour alerter le Préfet sur l'insécurité à Iracoubo.

Le barrage organisé par un collectif d'habitants de la commune d'Iracoubo qui bloquait le giratoire sur la RN1 a été levé vers 14 heures. Le préfet a acté certaines revendications du cahier des charges.

Depuis ce lundi matin 12 septembre à 6h00, un collectif d'habitants de la commune d'Iracoubo bloque le giratoire sur la RN1 pour alerter sur l’insécurité. “On demande à l’Etat de réagir, car nous vivons tous dans l’angoisse ! ”. Yves Vang, l’un des organisateurs du barrage qui bloque la RN1 depuis matin à Iracoubo, est en colère. L'homme est pourtant un élu municipal de la commune de l'Ouest. Un collectif d'habitants l'accompagne afin de protester contre l’insécurité. “ Depuis le début de l’année, il y a eu sept braquages dans la commune d'Iracoubo" nous explique Yves Vang. Les demandes du collectif sont nombreuses : “ Stop à la dégradation de nos luminaires, stop à l'inertie des autorités, stop à la pêche illégale, stop à la circulation des produits stupéfiants..."

Après une négociation avec le Préfet, certaines revendications exprimées par le collectif citoyen, seront prises en charge tels que la dépenses des réparations des lampadaires et de sécurisation des coffrets électriques. Un appel à projet se fera prochainement pour la mise en place de vidéoprotection dans les écarts de la commune et dans les bâtiments publics d’ici janvier 2023 et enfin une acquisition d’équipement tel que des véhicules à destination du service municipal a été promise.

Le sort du barrage d'Iracoubo sera néanmoins discuté dans une réunion ce mercredi 14 septembre à la CACL.Le collectif demande un barrage volant.

L’effort que l’on a fait aujourd'hui a payé. Mais malheureusement il a fallu que l’on aille jusque'à là pour se faire réellement entendre. “ nous confie Albert Golitin, le responsable du collectif et 3è maire adjoint de la commune.

Ce barrage a provoqué dans la matinée une file de voitures assez importante.