Port du masque à l'école : "Monsieur, est-ce que je peux respirer ?"
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !

Port du masque à l'école : "Monsieur, est-ce que je peux respirer ?"

F.P

Après une semaine d'école et alors que les cours d’EPS et la reprise des sports collectifs sont toujours en suspens, le port obligatoire du masque se révèle être un calvaire pour les élèves dans des salles souvent surchauffés sur le territoire.

 Enrouler son masque pour le mettre sous son nez afin de se faire une moustache. Après trois heures de cours, le jeu que s’amuse à faire Absalon pour faire rire ses camarades résume la difficulté des personnels des établissements scolaires.

Avec le décret rendant obligatoire le port du masque pour les collégiens et les lycéens, le respect des règles de sécurité sanitaire reste difficilement applicable. Si professeurs et assistants d'éducation (AED) s’appliquent à le porter et à demander de même aux élèves, les remarques sont fréquentes :

"Nous pouvons reprendre une centaine de fois sur la journée les élèves qui ne portent pas bien le masque. Il est soit sous le nez, soit descendu au cou après avoir mangé ou bu...", explique Éric, AED dans un établissement.

A la rentrée pourtant, les consignes de sécurité et le protocole ont été rigoureusement expliqué à chaque élève. Les démonstrations sur comment le porter ou le retirer ont été faites par l’infirmière scolaire, mais cela ne suffit pas pour autant à faire respecter le port