Sébastien Lecornu: "Si nous ne nous vaccinons pas plus, nous n’avons comme seule alternative que le couvre-feu et le confinement"
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !
INTERVIEW

Sébastien Lecornu: "Si nous ne nous vaccinons pas plus, nous n’avons comme seule alternative que le couvre-feu et le confinement"

Propos recueillis par Cyril BOUTIER (France-Antilles)
Le ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu s'adresse à la presse le 29 novembre 2021 à Pointe-à-Pitre
Le ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu s'adresse à la presse le 29 novembre 2021 à Pointe-à-Pitre • CHRISTOPHE ARCHAMBAULT (AFP)

Adaptation ou non du pass vaccinal chez nous, mesures face au variant Omicron, obligation vaccinale... le ministre des Outre-mer répond aux interrogations.

Le projet de loi visant à transformer le pass sanitaire en pass vaccinal était en discussion depuis lundi à l'Assemblée nationale, avant maintenant le Sénat. Le ministre de la Santé a annoncé être favorable à un report dans nos territoires. Quelle est votre position ? Comment ce texte de loi pourrait être mis en place aux Antilles-Guyane ?

Depuis le début de la crise sanitaire en Outre-mer, nous avons fait le choix d’apporter, territoire par territoire, une réponse différenciée en fonction de la circulation du virus. Avec d’autres critères, comme sa situation géographique ou la moyenne d’âge de la population, le taux de vaccination est aussi pris en compte pour adapter les mesures de freinage, mais aussi les mesures de prévention que nous prenons. C’était le cas du pass sanitaire. Ce sera aussi le cas du pass vaccinal prévu par le nouveau projet de loi et dont l’objectif est de protéger la population de la reprise de l’épidémie sous l’effet des variants Delta et maintenant en plus Omicron.

Désormais, pour accéder à certains lieux clos où le virus peut circuler plus facilement, il vous sera obligatoirement demandé une preuve de votre vaccination, et vous ne pourrez plus vous contenter d’un test négatif comme avec le pass sanitaire actuel.

Il est clair que compte tenu du fait qu’environ 40 % de la population seulement a déjà obtenu ses deux doses de vaccins aux Antilles-Guyane, nous ne pourrons pas l’appliquer de la même manière dans les Antilles que dans l’Eure par exemple. Ce qui n’est pas le cas ailleurs en Outre-mer, comme à la Réunion ou à Mayotte