Création d'un CHU : Serville et de Bort établissent leur plan de route
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !
SANTÉ

Création d'un CHU : Serville et de Bort établissent leur plan de route

Xavier-Paul LE PELLETIER
Gabriel Serville et Clara de Bort
Gabriel Serville et Clara de Bort • XPLP

C’est LE dossier le plus représentatif des espoirs fondés sur l’évolution de la société guyanaise : celui de son étoffement d’offre de Santé. Notre territoire étant l'un des seuls avec Mayotte à ne pas disposer de CHU (centre hospitalier universitaire). Un écueil que l’État, ainsi que la CTG, espèrent avoir comblé d’ici 2025. Gabriel Serville, président de la CTG, et Clara de Bort, directrice générale de l’ARS, se sont rencontrés ce mercredi matin pour établir leur plan de route.

 L’avenir de la Santé des Guyanais est porté par un symbole à plusieurs centaines de millions d’euros : celui de la création d’un CHRU (centre hospitalier régional universitaire), d’ici à l’horizon 2025. Un dossier qui n’a eu de cesse d’être débattu depuis des décénnies et qui a su se concrétiser dans la ferveur de 2017. L’un des rares aspects positifs que l’on retiendra du Covid demeure la prise de conscience par les pouvoirs publics de la dimension de l’urgence sanitaire, particulièrement en Guyane.

Ainsi, depuis sa prise de fonction, Clara de Bort, directrice de l’ARS, a œuvré avec l’équipe territoriale précédente à ce que ce dossier puisse enfin avoir un calendrier concret auquel se tenir. Alors qu'elle se fait rare dans les médias ces dernières semaines, sa rencontre avec Gabriel Serville, était donc l’occasion pour ARS et CTG de synchroniser leurs horloges. Tout devrait être en place d’ici quatre ans, afin que la Guyane puisse enfin se targuer d’une véritable dimension universitaire en matière médicale. Avec les impacts positifs qu’elle comporte en termes d’offre de soins, de formation et d’attractivité pour nos soignants.

Afin d’obtenir ce graal, des critères minimaux devront être remplis d’ici là, nous confirme Clara de Bort : « Il nous faut pouvoir correspondre à l’offre de soins nécessaires aux Guyanais. C’est un décret du président de la République qui le reconnaitra. » Au-delà de la cette qualification en CHRU, c’est l’ensemble de...