La bataille contre l'orpaillage illégal n'est pas gagnée

La bataille contre l'orpaillage illégal n'est pas gagnée

Marine JACQUES
Les organisations amérindiennes de Guyane ont assisté à la présentation du bilan 2016 de la lutte contre l'orpaillage illégal (MJ)
Les organisations amérindiennes de Guyane ont assisté à la présentation du bilan 2016 de la lutte contre l'orpaillage illégal (MJ)

Le bilan 2016 de l'opération Harpie et de la lutte contre l'orpaillage illégal en général a été présenté hier à la préfecture. Les chiffres ne démontrent pas de flagrants succès même si la tendance est à la baisse, sur plusieurs années, concernant le nombre de sites illégaux d'orpaillage.

Le bilan 2016 de la lutte contre l'orpaillage illégal n'est pas satisfaisant, mais il n'est pas non plus décevant, selon les autorités. Le préfet Martin Jaeger s'est appuyé sur les chiffres diffusés par l'état-major : sur l'ensemble de la Guyane, 302 sites illégaux d'orpaillage étaient actifs fin décembre. Il y en avait 371 en 2015.
D'une année à l'autre, les résultats sont stables mais sur le plus long terme, la tendance est à la baisse. En 2013, 493 sites étaient actifs, selon le préfet. Dans le périmètre du Parc amazonien de Guyane (Pag), qui s'étend sur 34 000 km2, la tendance est à la hausse : 139 sites actifs d'orpaillage illégal ont été répertoriés par les agents du Pag en 2016, soit 24% de plus qu'en...

Suivez l'info en temps réel
sur l'appli France-Guyane!

Télécharger