La biodiversité guyanaise attire des étudiants néerlandais
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !
ENVIRONNEMENT

La biodiversité guyanaise attire des étudiants néerlandais

Marie ODRY (m.odry@agmedias.fr)
Les étudiants vont mener des recherches sur le stockage du CO2 par les arbres.
Les étudiants vont mener des recherches sur le stockage du CO2 par les arbres.

Depuis ce lundi 10 octobre, 14 étudiants des Pays-Bas, en filière écologie environnementale, sont arrivés en Guyane pour un voyage d’étude sur la biodiversité. La richesse naturelle du territoire provoque un coup de coeur chez certains.

 Le climat équatorial de la Guyane, malgré qu'il fasse transpirer nos voyageurs, plaît aux étudiants néerlandais en master. Ces derniers viennent de l’université Utrecht (Pays-Bas), ils sont quatorze et n’ont qu’un seul but : effectuer des travaux de recherche sur la forêt amazonienne afin d’apporter de nouvelles connaissances, face au réchauffement climatique.
 
Des recherches pour le stockage du C02
 
Durant une dizaine de jours, les jeunes scientifiques vont mener des travaux pour approfondir les connaissances du stockage de carbone par les arbres dans une ère de réchauffement de la planète.
Les études de stockage du carbone sont une priorité avec le changement climatique." , commence Jeffrey, coordinateur de la fondation trésor aux Pays-Bas. " Le poumon de la planète est l’Amazonie, elle garantit un futur vivable ! ”. Une bonne partie de l'étude se déroule à la station de recherche tropicale de Paracou.

Une collaboration de longue date
 
Ce n’est pas la première fois que des étudiants néerlandais viennent en Guyane. Cette démarche se vaut suite à un partenariat entre la Guyane et l’université d’Utrecht dans les années 90.
Joep Moonen, naturaliste néerlandais, a sollicité Vijko Lukkien, directeur du jardin botanique de l’université à l’époque, pour créer une Réserve Naturelle Volontaire sur un terrain à vendre sur la montagne de Kaw. Dès lors, la Fondation Trésor se créee aux Pays-Bas afin de financer une partie de la gestion de la réserve. Aujourd'hui, les donateurs néerelandais de la fondation Trésor la financent à hauteur de plusieurs dizaines de milliers d’euros par an.

Les étudiants ont passé leur première nuit dans un hamac au camp Caïman. Ils apprécient le territoire et expliquent vouloir revenir, mais cette fois-ci, en vacances. Le groupe est accompagné par l’équipe de la réserve naturelle régionale Trésor. “ Cette rencontre permet d'effectuer une recherche collaborative sur la forêt guyanaise, mais aussi nous permet d’avoir des liens avec certains scientifiques de l’université d’Utrecht.”, articule Decalf Guillaume, directeur de l'association Trésor.