Vendôme : Les raisons de la colère
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !
Education

Vendôme : Les raisons de la colère

Elias HALILE-AGRESTI (e.halile-agresti@agmedias.fr)

Le blocage a commencé aux alentours de 4h ce lundi matin. Près de 150 parents d’élèves, enseignants et personnels du groupe scolaire Vendôme se sont mobilisés pour protester contre l’état "déplorable" de cette école, et dénoncer la mise en danger des enfants, et des personnels de l’établissement. Une mobilisation qui n’a pas été vaine puisque la maire de Cayenne, Sandra Trochimara, a fait le déplacement en milieu de matinée pour proposer des solutions.

Regroupement devant l'école maternelle Vendôme, à Cayenne. 21 mars 2022. © EHA

La cour de l'école fermée par un cadenas ce lundi matin.

La cour extérieure de l'école.

Cour intérieure de l'école Vendôme en saison des pluies.

Installation électrique à l'école Vendôme.

La cour intérieure, en période de pluie.

 « Comment réagiriez-vous si l’école de vos enfants était systématiquement inondée ? Si de l’eau coulait à travers les prises électriques ? Si elle s’infiltrait par les fenêtres et par les toits ? Si la moisissure prenait ses aises sur les murs et les plafonds ? Si certaines classes n’étaient pas carrelées ?  Si d'autres n’avaient pas d’électricité ? Si des câbles électriques pendaient ici et là ? Si des chauves-souris participaient aux cours ? Ou si les portes coupe-feu étaient fermées à clés ? Enfermant les élèves à l’intérieur en cas d’incendie… » pouvait-on entendre de parents d’élèves venus manifester ce matin devant le groupe scolaire Vendôme, dans le quartier novaparc, à Cayenne.
 
L'étincelle de trop

C’est un départ d’incendie au niveau d’un compteur électrique vendredi dernier, qui a poussé à la mobilisation. L’événement a suscité une certaine frayeur compte tenu de l’état dans lequel se trouve les installations électriques. D’autant que, selon un témoignage enseignant, lors de l'évacuation du bâtiment un instituteur se serait retrouvé bloqué avec ses élèves devant une porte coupe-feu qui refusait de s’ouvrir. Avant d'être contraint de fracturer la porte à coups de pieds. Que serait-il passé si le départ de feu avait été plus conséquent ? Mieux vaut, sans doute, ne pas l’imaginer.

« L’école tombe en ruine »

C’est l’incident de trop. Parents d’élèves et enseignants décident d’une action commune ce lundi pour dire : « stop à l’insalubrité, nos enfants sont en dangers ». C’est ce que nous confiait une maman d’élève, qui s’étonne qu’il faille « encore bloquer pour être entendu ».

Selon elle, l’école n’aurait carrément pas dû ouvrir il y’a 13 ans : « Les travaux n’étaient pas finis, dès le début il y’a eu des problèmes avec l’eau et l’électricité. Ça n’était pas conforme, 13 ans plus tard l’école tombe en ruine. Personne ne réagit. La vérité c’est qu’il y a beaucoup d’enfants dont les parents sont en situations irrégulières, ils n’osent pas faire de bruits. La mairie en a profité. »

La maire se rend sur place

Aux alentours de 10h, Sandra Trochimara, la maire de Cayenne, arrive devant le groupe scolaire avec une partie de son équipe municipale. Elle discute d’abord avec des parents d’élèves et des enseignants qui lui explique la situation - et qui liste l’ensemble des difficultés rencontrés au sein de l’établissement. De la cour de récréation couverte de hautes herbes, au problème des portes coupe-feux fermées à clés, en passant par les inondations, les moisissures et le manque d’éclairage (pour n’en citer que quelques-uns). Les échanges sont directs, francs, intenses. Quelques instants plus tard, alors qu’une réunion réunissant toutes les parties est en cours dans la cantine de l’école maternelle, la maire de Cayenne aura cette drôle de formule : « Je ne vous ferai pas l’injure de faire celle qui ne sais pas. Nous savions ! » 

« Conclusion »

A l’issue de cette réunion, la maire de Cayenne a proposé des travaux d’urgences et de mises en sécurité. Dès cette semaine, les eaux accumulées sur le toit de l’établissement devraient être drainées, les gouttières doivent être entièrement nettoyées, et surtout, l’intégralité du réseau électrique doit être mis aux normes. Un état des lieux complet doit aussi être fait, par les services de la mairie, pour mettre en oeuvrent l’ensemble des travaux nécessaires d'ici aux grandes vacances. Un plan d'intervention doit être présenté vendredi aux parents d’élèves et aux personnels de l’école. En attendant, le groupe scolaire Vendôme restera fermé, jusqu’à vendredi prochain, midi.