• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
ECONOMIE

Prix des carburants : « - 60 centimes ou rien »

Samuel REFFE (s.reffe@agmedias.fr) Mardi 7 Décembre 2021 - 10h59
Prix des carburants : « - 60 centimes ou rien »
Monique Guard, au cours d'une manifestation en mars 2017. - image d'archive

 L’association « Citoyennes, citoyens de Guyane » organisait hier (lundi) une réunion publique sur le thème de la vie chère. Des doléances, d'actualité, et l’impression d'un laissez-aller général des élus locaux. Une réunion en préfecture est fixée ce jeudi 9 décembre.

 D’abord prévue dans l’auditorium de la CCIG, la conférence de presse de l’association « Citoyennes citoyens » a finalement pris ses quartiers dans les locaux de l’UTG, ce lundi soir, à Cayenne. Un changement de dernière minute, qui n’a pas empêché Monique Guard de rendre compte de l’inflation en vigueur sur le territoire. « Il semblerait qu’on n’ait pas encore fait la corrélation entre le prix des carburants et le prix des marchandises en grandes surfaces », nous résume la présidente de l’association, déjà mobilisée contre le prix des carburants en 2009, cette fois pour l’association des « Familles de France de Guyane ».

Le triptyque n’a pas changé. Prix du carburant, vie chère, et augmentation des prix du gaz. « Tout le monde se sert au passage », martèle la militante, rappelant l’impact du fret maritime et de l’octroi de mer sur le prix payé par les consommateurs Guyanais en grande-surfaces. Et comment lutter contre la vie chère ? A cette question, une réponse simple nous est donnée, et sera mise sur la table du préfet dans le cadre d’une réunion ce jeudi 9 décembre : « baisser le prix des carburants de 60 centimes ».

« On sait qu’il ne le fera pas », prémédite déjà un militant présent sur place. Et autant battre le fer tant qu’il est chaud : « c’est -60 centimes ou rien », peut-on entendre un peu plus loin. 
« L’Etat et la CTG sont complices »
« Nous, les consommateurs, ne sommes les vaches à lait de personne » assurait Monique Guard, qui a notamment confronté au cours de sa conférence la TVA et l’octroi de mer, la taxe en vigueur sur les importations de biens, reconduite par l’Union européenne pour 5 ans à compter de 2022.

Un écho aux propositions économiques de Gabriel Serville pendant les élections territoriales, fervent détracteur de cette taxe, qui annonçait vouloir « agir différemment sur les leviers d’appui de l’économie guyanaise, sur la base d’un choc fiscal ».

Pour la militante, en ce qui concerne l’augmentation du prix des carburants, « l’Etat et la CTG sont complices, ils se renvoient la balle ». Un dialogue de sourd, qui promet de nouvelles mobilisation si des réponses claires ne sont pas apportées. De son côté, la préfecture nous a confirmé qu'une réunion aurait bien lieu ce jeudi. Des transporteurs de l'UGTR et des acteurs socioprofessionnels en seront aussi. 
Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
7 commentaires

Vos commentaires

TropCtrop 07.12.2021
On va bien rigoler!

Voyons ce que Serville va nous pondre cette fois-ci? Un grand maître de la politique politicienne ...Attention au retournement de veste, son sport préféré !!!

Répondre Signaler au modérateur
siage 07.12.2021

Gabriel Serville et agir dans la mêmes phrases sont des termes antinomiques. Malgré tout un éclair de lucidité chez Monique "l’impression d'un laissez-aller général des élus locaux."

Répondre Signaler au modérateur
bozo 07.12.2021
des Kamikazes radicalisés

https://la1ere.francetvinfo.fr/guyane/2014/10/01/expulsee-de-son-domicile-elle-tente-de-s-immoler-par-le-feu-194694.html

MONIQUE GUARD, expulsée de son domicile, menace de s’immoler par le feu

Voilà ce à quoi on a affaire... c'est pas terrible.

Des pompiers et des gendarmes étaient mobilisés depuis ce matin dans un quartier résidentiel de Matoury, non loin du centre de rétention administratif à 500 mètres de l’aéroport Félix Eboué.
La locataire de l’une des maisons refusait de quitter le domicile suite à son expulsion et menaçait de s’immoler par le feu. Cette personne n’est pas une inconnue, il s’agit de Monique Guard, présidente de l’association des consommateurs « Guyane que choisir » et ancienne candidate aux élections législatives de 2012 pour le front de Gauche.

Répondre Signaler au modérateur
cap40 07.12.2021
Oui...

Oui...les 40% me font bien rire ainsi que le sieur Serville qui veut agir sur les leviers économiques en étant "ni pour ni contre". Les démocraties désormais livrées aux populistes et aux incompétents? L'avenir de la Guyane et des Antilles comme celui de Mada quand la métropole ne sera plus là. Triste début de la fin>.

Répondre Signaler au modérateur
g6d 07.12.2021

Serville est donc d'accord pour que les taxes encaissées par la CTG et les communes diminuent. Quitte à encore demander de l'argent à l''État et être encore plus dépendant financièrement.

Répondre Signaler au modérateur
jayjay5 07.12.2021
Faut se mobilisez

contre la "vie chere", notament le prix de l'essence... je roule peu et pourtant sa me coute plus de 100 euros par mois, pas normal...

Répondre Signaler au modérateur
Benkwa973 07.12.2021

Vous critiquez le prix de l'essence fixé d'un côté par la CTG et de l'autre par la SARA...donc vous critiquez les créoles...vous êtes donc contre les créoles ? J'applique bien votre fantastique raisonnement ? Vous êtes un génie Jayjay !

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
4 commentaires
A la une