OPRF : pas de salaire, pas de dialogue, pas d'avenir
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !
Social

OPRF : pas de salaire, pas de dialogue, pas d'avenir

Gérôme GUITTEAU ; g.guitteau@agmedias.fr
Rosa Gilbert, Johanne Latidine de l'UTG et Jacqueline Randal de la CFDT/CDTG tiennent une conférence de presse alors qu'elles engagent leur troisième semaine de grève. L’accès à l'OPRF est bloqué pendant les heures d'ouverture depuis trois semaines.
Rosa Gilbert, Johanne Latidine de l'UTG et Jacqueline Randal de la CFDT/CDTG tiennent une conférence de presse alors qu'elles engagent leur troisième semaine de grève. L’accès à l'OPRF est bloqué pendant les heures d'ouverture depuis trois semaines. • G. GUITTEAU

Non-payés et sans certitude sur leur avenir, les salariés de l'OPRF maintiennent leur grève, entamée il y a trois semaines et le blocage du site du Larivot.

« Nous sommes là pour démentir formellement les allégations mensongères du président de la CTG et de la présidente de l'OPRF. Nous réaffirmons que leurs interventions ne reflètent en rien la réalité des salariés de l'OPRF. »
C'est ainsi que Rosa Gilbert, la responsable de paye de l'Opérateur public de formation régional (OPRF) débute la conférence donnée sur le piquet de grève, vendredi matin vers 9 heures.
   Le ton courtois et conciliant de fin février n'est plus d'actualité au sein des 46 employés. Le salaire de mai n'est toujours pas sur leur compte, celui de juin est plus qu'incertain, pire ils sont laissés dans la plus totale incertitude quant à leur avenir.
    Sous le soleil chaud suffocant, à peine protégé d'une frêle bâche, une petite vingtaine d'employés ne décolèrent pas de la manière dont les traite la Collectivité territoriale (CTG) dont dépend l’Établissement public industriel et commercial (Epic).
« Certains parmi nous ont trente ou quarante ans de carrière. Ils jettent tout, comme ça d'un coup, sans aucune considération,» se scandalise Rosa Gilbert.
«_Nous ne recevons plus de salaires....