Nouvelles coupures en Guyane : Petit-Saut ne fournit plus d'énergie.
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !
ENERGIE

Nouvelles coupures en Guyane : Petit-Saut ne fournit plus d'énergie.

La rédaction
Le barrage de Petit-Saut
Le barrage de Petit-Saut • ARCHIVES

Après le blackout général d'hier, de nouvelles coupures après des manœuvres de délestage ont eu lieu cette nuit. Un défaut sur les lignes haute tension du barrage hydroélectrique de Petit-Saut l'empêche de fournir de l'énergie au littoral.

 Blackout général sur tout le littoral guyanais après une "mise en sécurité des deux lignes haute tension" de Petit-Saut hier. Trois coupures après des manœuvres de délestage pendant la nuit du 10 août. La situation inquiète.

En cette période d'après saison des pluies, le barrage hydroélectrique de Petit-Saut fournit habituellement 65 % de l'énergie du littoral. À la suite du blackout général d'hier, EDF annonçait que le barrage avait repris son activité à un peu plus de 40 % de sa puissance. La centrale électrique de Dégrad-des-Cannes assurait ainsi le reste de l'approvisionnement du littoral.

Petit-Saut à 0 %
Après les derniers évènements de cette nuit, un spécialiste de l'énergie en Guyane, en fonction chez EDF affirme désormais que "les deux lignes haute tension de Petit Saut ne sont plus fonctionnelles" et qu'ainsi Petit-Saut produit actuellement 0 % de l'énergie en Guyane.

Une information corroborée ensuite par le ministère chargé des Outre-mer : « Depuis 7h30, toute la clientèle du littoral est réalimentée par les moyens de production thermique disponibles (comme la centrale de DDC ndlr). La ligne d’évacuation des groupes hydrauliques de Petit-Saut est toujours indisponible »

Le problème a été localisé, nous confie cette fois encore notre source : "On sait où se trouve le défaut, mais nous n'avons pas encore les pièces pour effectuer le remplacement. Les éléments de transport de distribution de l'électricité sont vétustes. Il est donc difficile de trouver les pièces. J'espère qu'elles arriveront en urgence via l'aérien et non le maritime."

Pour faire face à ces problèmes, le délestage est entré "dans la philosophie de l'entreprise." La nuit passée en est un exemple. Mais pour éviter ces situations d'urgence, il est nécessaire d'investir dans le transport et la distribution d'énergie afin que la structuration de production de la filière énergétique devienne viable.

Des groupes électrogènes de Guadeloupe à la rescousse
« Des groupes électrogènes de Guadeloupe seront acheminés dans les prochains jours pour parer à toute défaillance », informe la rue Oudinot. Tant que la réparation définitive n’est pas réalisée, des messages de modération seront portés pour éviter les délestages nécessaires. Des coupures pourraient continuer de se produire tant que les pièces n'ont pas été changeés et les réparations effectuées.

Des renforts d'EDF doivent également se rendre sur place pour s'assurer, à la demande du ministre délégué auprès du ministre de l'Intérieur et des Outre-mer chargé des Outre-mer, Jean-Francois Carenco, qu'une réparation définitive soit réalisée.

Au contraire de celle de Dégrad-des-Cannes, la centrale du Larivot "pourrait apporter la capacité de faire face à ce genre de problèmes", nous confie enfin notre source.

En réunion depuis ce matin, EDF organisera une conférence de presse à 16 heures.