La bataille des EPCU entre le Cnes et Arianespace
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !
Spatial

La bataille des EPCU entre le Cnes et Arianespace

Gérôme GUITTEAU ; g.guitteau@agmedias.fr
Le Cnes, historiquement s'occupe de la phase de préparation des satellites au CSG mais pas pour le vol Ariane 257, prévu le 22 juin entre 21h03 à 22h43. Le premier lanceur Ariane 5 de l’année placera en orbite deux satellites de télécommunications en orbite géostationnaire, MEASAT-3d et GSAT-24. La mission VA257 contribuera à améliorer la couverture à large bande dans la région Asie-Pacifique. @ESA-CNES-Arianespace
Le Cnes, historiquement s'occupe de la phase de préparation des satellites au CSG mais pas pour le vol Ariane 257, prévu le 22 juin entre 21h03 à 22h43. Le premier lanceur Ariane 5 de l’année placera en orbite deux satellites de télécommunications en orbite géostationnaire, MEASAT-3d et GSAT-24. La mission VA257 contribuera à améliorer la couverture à large bande dans la région Asie-Pacifique. @ESA-CNES-Arianespace • @ESA-CNES-ARIANESPACE

Un enjeu de taille pour l'équilibre des forces au sein du centre spatial guyanais se joue en partie sur le prochain vol d'Ariane 5 prévu le 22 juin. Arianespace lorgne sur les activités “satellites” du Cnes au moment où les premières réunions du vol A257 commencent.

  EPCU, cela sonne comme un univers de fiction sorti d'un comics américain ... mais dans les faits, pas du tout.
Il s'agit des Ensembles de préparation charges utiles (EPCU) situés dans le centre spatial guyanais (CSG). Ces bâtiments sont au centre d'une lutte entre Arianespace et le Centre national des études spatiales (Cnes).

Depuis 2008, l’État avait tranché la question dans un accord entre les différentes parties , transformé en loi du 3 juin 2008. « [Le Cnes] est propriétaire de tous les moyens techniques qu'il met en œuvre pour l'accomplissement de sa mission, à l'exception des ensembles de préparation des charges utiles (EPCU), dont il assure néanmoins l'exploitation et la maintenance », y est-il écrit.
Précisément, les EPCU appartiennent à l'Agence spatiale européenne (ESA) (lire encadré) mais dans les faits c'est le Centre national des études spatiales (Cnes) qui s'occupe des activités à l'intérieur des bâtiments.
Jusqu'à