Scandale du Chlordécone : Yannick Jadot dénonce un déni de justice intolérable
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !
PRÉSIDENTIELLES 2022

Scandale du Chlordécone : Yannick Jadot dénonce un déni de justice intolérable

FXG
 Suite à la révélation de l’annonce des juges d’instruction de clôturer le dossier de l'empoisonnement au chlordécone sans prononcer de mise en examen et du probable non-lieu vers lequel on s’achemine, Mélissa Camara, porte-paroles du candidat écologiste Yannick Jadot dénonce « une injustice inacceptable ».

Rappelant que 90% des adultes en Guadeloupe et Martinique sont contamines par le chlordécone dont la dangerosité est établie depuis 1969, le candidat vert estime que « la République ne peut pas considérer que ce dossier est clos alors que cette utilisation a entrainé? une pollution généralisée de l'ensemble de l'écosystème ».

Pour parer le mauvais effet de cette annonce de fin d’information judiciaire, le ministre des Outre-Mer, Sébastien Lecornu, a affirmé que ce scandale était « le fruit d'un aveuglement collectif ».

Yannick Jadot lui retourne l'aveuglement d’Emmanuel Macron qui alors même qu'aux Antilles, le taux de cancers de la prostate est l'un des plus élevés au monde, déclarait encore en 2019 : « Il ne faut pas dire c'est cancérigène, sinon on alimente les peurs ! »

Si le ministre et président de l’association pour la réélection d’Emmanuel Macron indique que « l’Etat a pris sa part de responsabilité », le candidat écologiste rappelle que « les 92 millions d'euros débloqués pour le plan chlordécone IV ne sont pas suffisants » pour réaliser des tests sur l'ensemble de la population antillaise et effectuer une analyse complète des sols.

Le décret gouvernemental reconnaissant comme maladie professionnelle les cancers de la prostate a été salué, mais il est jugé insuffisant : « Nous savons que cette contamination ne peut être réduite au seul cadre professionnel, assène la porte-parole de M. Jadot. Les conséquences concernent l’ensemble de la population : aliments contaminés, fausses couches, enfants prématurés ou encore présentant des troubles de développement cognitif... » Cette exigence de justice implique pour le candidat qui porte cette proposition la reconnaissance du crime d'écocide, et une réelle indemnisation des victimes.

Le candidat écologiste rappelle que si la banane pour laquelle on a utilisé le chlordécone est produite quasi exclusivement pour l'exportation, il faut désormais, à cause de la pollution, importer les tubercules qui font partie de l'alimentation quotidienne.