Salaire : les enseignants veulent une revalorisation
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !
SURINAME

Salaire : les enseignants veulent une revalorisation

Raymond VAN HEMERT
Depuis lundi, à Paramaribo, les enseignants, en colère, défilent jusqu'à la place de l'Indépendance, ici avec Wilgo Valies (ci-dessus). Les grévistes tentent de mobiliser ceux qui sont encore dans les écoles. Les élèves, contraints de rester chez eux, pensent se joindre au mouvement (DR)
Depuis lundi, à Paramaribo, les enseignants, en colère, défilent jusqu'à la place de l'Indépendance, ici avec Wilgo Valies (ci-dessus). Les grévistes tentent de mobiliser ceux qui sont encore dans les écoles. Les élèves, contraints de rester chez eux, pensent se joindre au mouvement (DR)

L'Éducation nationale est plongée dans une grave crise. Le licenciement de 32 enseignants d'une école publique (lire notre édition du 17 janvier) décidé par le ministre a été la décision de trop. Depuis une semaine, les enseignants manifestent afin de demander une revalorisation de leur salaire. Lundi, ils étaient 2 000 à manifester devant le Parlement. Aujourd'hui, ils pourraient recevoir le soutien des élèves.

« Toutes les écoles seront mises à plat! » a fait savoir Wilgo Valies, le président des syndicats des enseignants BVL et ALS. Devant un groupe d'enseignants toujours plus nombreux depuis la semaine dernière, il a appelé les 2 000 manifestants à rassembler ceux qui se trouvent encore dans les écoles. Depuis lundi, à Paramaribo, les enseignants marchent chaque jour du QG du syndicat vers la place de l'Indépendance. En fin de semaine dernière, ils avaient demandé à ce que le président Bouterse et la présidente du Parlement, Jennifer Simons, tiennent leur parole de revaloriser les salaires. Le président ne s'est pas montré et la présidente a promis de clarifier l'affaire. Depuis, plus rien.
«