Rochambeau : le personnel obtient satisfaction

Rochambeau : le personnel obtient satisfaction

Pierre ROSSOVICH

Avec les grandes vacances et la forte affluence que connaît actuellement Rochambeau, des tensions apparaissent au sein du personnel de l'aéroport.

© Pierre ROSSOVICH

© Pierre ROSSOVICH

Les portes ont claqué hier matin à la salle polyvalente de l'aéroport de Rochambeau. Une rencontre était organisée entre Jean-Paul Le Pelletier, président de la Chambre de commerce (CCIG), et le syndicat UTG de l'aéroport. Une entrevue qui faisait suite au débrayage d'une partie du personnel mardi après-midi (lire notre édition d'hier). Plusieurs points étaient à l'ordre du jour. Le syndicat dénonçait notamment ce qu'il qualifie d'« emploi de complaisance » . « Nous fonctionnons en sous-effectif depuis un moment. Nous avons dans ce sens demandé la création de trois postes : deux au service maintenance technique et un autre au service accueil » , explique Stanislas Armien, secrétaire général de la section UTG de la CCIG.
Mardi, les employés découvrent dans les médias la création d'un nouveau poste, celui de chef du service marketing et relations commerciales (notre édition de mardi). C'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase. Le personnel crie au scandale et organise aussitôt un débrayage, qui bloquera 300 passagers et retardera de plus d'une heure le vol Air France à destination de Paris. Hier matin, le débat était donc vif entre le président et le personnel aéroportuaire. « On ne bloque pas un aéroport juste parce qu'on prend la mouche, ce n'est pas responsable! » , fustige Jean-Paul Le Pelletier. « Marre des promotions copains! Nous demandons que l'évolution en interne soit respectée » , rétorquent les syndicalistes. Après presque trois heures de discussions, les deux parties se séparent. Finalement, l'UTG obtient satisfaction : un poste d'hôtesse d'accueil sera créé sous 15 jours. En outre, un poste de renfort sera créé au service maintenance technique, pour juillet-août. Un autre, permanent celui-là, sera étudié en interne dès la rentrée, un délai de formation devant être respecté.
Jean-Paul Le Pelletier assure que ces créations de postes étaient déjà prévues et évoque un « dysfonctionnement » au siège de la Chambre. Cela suffira-t-il à faire baisser la tension au sein du personnel de Rochambeau ? « Oui, répond un délégué de l'UTG. Mais vous savez à Rochambeau, c'est la tête qui est malade. La direction ne s'entend pas, et c'est le personnel qui en pâtit » .
Une nouvelle rencontre est prévue lundi matin pour acter les décisions prises hier.

Suivez l'info en temps réel
sur l'appli France-Guyane!

Télécharger