Novembre 1996, le combat qui a marqué les Guyanais
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !
DANS NOS ARCHIVES

Novembre 1996, le combat qui a marqué les Guyanais

Marlène CLÉOMA & Pierre ROSSOVICH

Il y a 25 ans, des mouvements étudiants éclataient pour la création d’un rectorat et d’une académie de plein exercice, donnant un nouveau départ à la Guyane. Souvenez-vous.

 À la mi-novembre 1996, François Bayrou alors ministre de l’éducation nationale et Jean-Jacques Peretti, ministre de l’outre-mer, débarquent en Guyane et annoncent la création d’un rectorat pour la nouvelle académie de la Guyane. Un discours qui survient après trois semaines de grève et d’émeutes, un corps calciné, des blessés, des bâtiments publics en feu et des dizaines de magasins pillés.
Un bras de fer inédit
Novembre 1996 a été le théâtre d’un conflit d’envergure sans précédent dans l’enseignement en Guyane. « Les lycéens plus décidés que jamais » relatait France-Guyane dans son édition du jeudi 08 novembre 1996 après avoir assisté au conseil d’administration du lycée Félix-Éboué. Alors qu’ils sont mobilisés depuis plusieurs jours, les lycéens vont mettre en place deux journées banalisées les 8 et 11 novembre.

L’objectif ? Que tous les acteurs de la communauté éducative mettent en exergue les mesures pédagogiques urgentes à prendre pour améliorer les conditions de scolarisation. Un appel au dialogue est également lancé à la rectrice Michèle Rudler de passage en Guyane.

Ce même 8 novembre plus de trois mille étudiants marchent pour se rendre à la préfecture. Les lycéens et collégiens, accompagnés de parents et professeurs, inondent la place Léopold-Héder et organisent un sit-in devant la préfecture. Pierre Dartout, le préfet de l’époque, reçoit la délégation lycéenne. Cette dernière réclame la venue...