Kourou: Les habitants de Wayabo en colère manifestent devant la mairie
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !

Kourou: Les habitants de Wayabo en colère manifestent devant la mairie

Nancy LAFINE, n.lafine@agmedias.fr
La grève des habitants de Wayabo est en court devant la Mairie de Kourou.
La grève des habitants de Wayabo est en court devant la Mairie de Kourou. • AIMÉ HILAIRE

Les habitants de Wayabo ont organisé très tôt ce matin, à 6h45, une opération escargot depuis PK43 jusqu’à la Mairie de Kourou, en passant par la RN1. Ils dénoncent l'état déplorable de leur route entrainant le non-ramassage des écoliers de la zone.  

À l’appel de l'association kouroucienne des agriculteurs de Wayabo, les habitants du quartier agricole situé entre Kourou et Macouria ont mené ce mardi matin une opération escargot, ralentissant la circulation, notamment sur la RN1.

Une manifestation qui traduit le ras-le-bol des riverains, face « aux non-résultats de l’ensemble de nos revendications depuis des mois. Nous avons eu une réunion courant août-septembre, pour laquelle le maire s’est déplacé à Wayabo, en nous disant qu’il allait faire le nécessaire, pour la réhabilitation de notre route », confie Bernadette Marchewska, agricultrice et membre de l’association Akaw.

Pour rappel, la route de Wayabo d'environ 25 km (allant du site de Matiti Paradise jusqu’au lycée agricole par l'interieur des terres) qui était gérée précédemment par l’EFPA (Etablissement public foncier et d’aménagement), a été rétrocédée à la mairie de Kourou depuis 2019.

« La situation administrative de Wayabo est très complexe puisque la voirie dépend désormais de la ville de Kourou, mais, les terrains appartiennent encore à l’EFPA ; C’était la seule solution pour avoir des fonds afin de refaire la voirie. C’est une route à plusieurs millions d’euros donc on comprend qu’administrativement ça peut être long, néanmoins, on avait demandé au maire de faire des réfections avant chaque saison des pluies en attente des gros travaux. Rien n’a été fait ! »

Les habitants de Wayabo ont attendu une bonne partie de la journée le maire de Kourou, qui ne s'est jamais présenté à eux. • Aimé Hilaire

Une situation à l'arrêt, à laquelle est venue s'ajouter l'annonce du transporteur scolaire, disant « qu’il ne rentrerait plus dans la zone pour récupérer les élèves. » 
En cause, l'état de la route trop abimée. 

« Lundi matin, le transporteur scolaire nous a annocé qu'il fallait ramener nos enfants jusqu’à la RN1. D'un c'est dangereux, et ensuite, comme il a déjà abimé son grand bus qu’il utilise habituellement, il est venu avec un petit bus de 22 places pour récupérer les enfants de Wayabo, sachant qu’il récupère avant ceux de Guatemala. C'est la goutte d'eau qui a fait déborder le vase, surtout qu'il y avait quinze jours de vacances. On se demande comment le service du transport scolaire de la mairie n'a pas pu anticiper ça. C'est irresponsable ! » proteste l'agricultrice.

À bord de quelques voitures et de deux tracteurs, ils ont donc pris la route direction Kourou pour rencontrer le maire en personne, en passant par les établissements scolaires pour déposer leurs enfants.

Le maire aux abonnés absents 

« En arrivant à la mairie de Kourou, nous avons été reçus par le directeur de cabinet. On voulait parler au maire en personne, nous avons donc attendu un bon moment qu’il se présente, mais personne ne sait où il est ! Il était soi-disant à la préfecture, et il ne répondait pas à son téléphone. C’est vraiment inadmissible qu’un maire ne se présente pas, alors que des administrés se plaignent devant sa mairie avec des banderoles et des tracteurs », affirme Raphael Stobinsky, président de l'association Akaw.

Avant de poursuivre : « On a trouvé un accord qui ne nous satisfait pas vraiment, néanmoins, on aura des travaux d’urgence qui seront effectués dès demain sur la voirie de Wayabo. Il y aura de nouveau un ramassage scolaire dès demain pour les collégiens et à partir de jeudi pour les primaires. C’est une petite victoire, mais ce n’est pas du tout séduisant. Je pense qu’on se rendra tous ensemble au conseil communautaire afin de rencontrer le maire, puisqu’il est si difficilement accessible ! »

De son coté, la municipalité de Kourou affirme que jusqu'à ce matin, elle était encore en attente « du retour du contrôle de légalité pour permettre la réfection de la piste principale rapidement », et que par la suite, « des travaux de grande envergure de plus de trois millions d'euros débuteront en saison sèche, vers le mois de juillet et pas avant ».

En ce qui concerne l'absence de François Ringuet (maire de Kourou) largement soulignée par les manifestants, elle serait due à « une réunion. Il était à Wayabo il y a un mois ou deux, il y retournera ! » précise David Riché, directeur du cabinet du maire de Kourou.