• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
Energie

Grève du personnel d'EDF : le devenir énergétique de la Guyane sous pression

Iris Joussen Lundi 2 Août 2021 - 16h12
Grève du personnel d'EDF : le devenir énergétique de la Guyane sous pression

La décision de justice remettant en question les travaux de la centrale du Larivot vient de remettre à plat l'horizon énergétique de la Guyane. Le personnel d'EDF a donc décidé de se mettre en grève jusqu'à ce que de nouvelles orientations soient fixées, en particulier sur le devenir de leurs emplois.

C'est officiel. Tel qu'annoncé par France-Guyane hier depuis la centrale d'EDF à Dégrad des Cannes, Davy Rimane, secrétaire général de l'UTG EDF vient de déposer un préavis de grève pour l'ensemble du personnel d'EDF Guyane. Cette période de grève est prévue entre le 2 août et le 31 décembre 2021.

L'enjeu est de mettre la pression sur la direction et les décideurs politiques pour avoir des réponses à la suite de la décision du tribunal administratif du 27 juillet dernier ordonnant la suspension des travaux de la centrale de Larivot. Le juge - saisi en référé - a en effet estimé qu'il y avait un doute sérieux sur la légalité du projet vis-à-vis de la loi littoral : le schéma d'aménagement régional n'avait pas prévu un tel projet d’aménagement pour le site du Larivot si proche du rivage, et la qualification de "secteur d'urbanisation diffuse" ne semble pas applicable pour ce site, les hameaux les plus proches étant situés entre 500 mètres et un kilomètre du site.

Il avait également retenu que la France s’étant donnée comme objectif la réduction des émissions de gaz à effet de serre de 40% en 2030 par rapport à l’année 1990 et de neutralité carbone en 2050, cette centrale alimentée au fioul, même avec une réduction de 30% des émissions de gaz à effet de serre par rapport à l’ancienne centrale, ne participait pas de manière suffisante à la trajectoire de réduction de ces émissions pour atteindre les objectifs fixés par la stratégie nationale bas-carbone.

Cette décision a créé un tsunami au sein d'EDF. Depuis le syndicat UTG multiplie les actions : conférence de presse, visite de la centrale de Dégrad des Cannes - en présence du directeur d'EDF - en compagnie du président de la CTG Gabriel Serville et de son premier vice-président, Jean-Paul Fereira, et de la presse, pour rendre compte de la vétusté des lieux et de la nécessité de son arrêt au 31 décembre 2023; et enfin le préavis de grève qui vient d'être déposé. Sans être défavorable pour un autre projet que la centrale du Larivot, le syndicat exige un objectif clair afin de connaître le sort des employés de la centrale. Dans la vidéo ci-dessous, Davy Rimane expose sa position sur cette problématique.
EDF saisit le Conseil d'Etat

Du côté de la direction, c'est également l'affolement. Le directeur Michel Durand confirme interjeter appel de cette décision. Gabriel Serville s'est également engagé, lors de la visite dimanche dernier de la centrale, de faire le nécessaire auprès de la Ministre de la Transition écologique,Barbara Pompili, pour que l'Etat saisisse également le Conseil d'Etat en appel de cette décision.

En parallèle, le président de la CTG a proposé de réunir les principaux acteurs pour trouver une réponse territoriale et unanime sur la meilleure solution pour l'avenir énergétique de la Guyane. Il n'excluait donc pas d'intégrer des instituts tels que l'ADEME dans ces travaux. Interrogé par France-Guyane sur la présence des ONG - Guyane Nature environnement et France Guyane Environnement - à l'origine de la décision de justice suspendant la construction de la centrale du Larivot, Gabriel Serville s'est montré ouvert. Egalement interrogé sur ce point par nos soins, le directeur d'EDF a déclaré y être favorable. La réponse de l'ONG ne s'est pas faite attendre :

Les cartes autour du modèle énergétique de la Guyane sont rebattues. France-Guyane exposera tous les enjeux sous-jacents dans son prochain dossier.

Revoir la prise de position de Davy Rimane, secrétaire général du syndicat UTG qui vient de déposer ce lundi 2 août un préavis de grève jusqu'à la fin de l'année 2021:


Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
3 commentaires

Vos commentaires

Colinisé Sidéré 03.08.2021
Je croyais qu’avec les coupures de courant, EDF était déjà en grève continue depuis plusieurs années. (1/2)

Mais du coup, s’ils sont en grève ça veut peut-être dire que le réseau fonctionnera mieux ?

Trêve de plaisanteries, nous sommes des gens sérieux, contrairement à la FRBTP.

La cause de la Grève ? La décision de justice qui suspend la construction de la centrale au fioul du Larivot. L’argument des syndicats ? Il faut sauver 110 emplois, moins de 80 emplois en réalité (source : CRE), car 30 serons détruits à la transition depuis Dégrad-des-cannes. Il faut également assurer l’indépendance énergétique de la Guyane. Avec du carburant importé de l’étranger ??? MAIS DE QUI SE MOQUE-T-ON ? Un projet qui va coûter 500 millions d’euros. COMBIEN ???

Qui va payer ? Bah bien sûr le contribuable français comme d’habitude. On dit souvent que la France métropolitaine ne s’intéresse pas assez aux Outre-Mer. Heureusement des fois, car au vu de l’argent public gaspillé dans les cabinets de conseils des copains et la rente versée au BTP, l’indépendance des Outre-Mer deviendrait même plus populaire en Hexagone que Michel Sardoux chez le troisième âge.

500 millions d’euros, c’est 11,4 % du PIB de la Guyane, dépensé pour sauver 80 emplois, cela représente, 0,1% de l’emploi salarié en Guyane. 500 millions d’euros, c’est 28 000 SMICS annuels, soit environ la moitié des emplois salariés de la Guyane que l’on pourrait payer pendant 1 an ! Après, la crise a quand même habitué les entreprises à l’assistanat. L’État les a massivement subventionné et payé leurs salariés avec notre argent.

Répondre Signaler au modérateur
Colinisé Sidéré 03.08.2021
Je croyais qu’avec les coupures de courant, EDF était déjà en grève continue depuis plusieurs années. (2/2)

On s’inspire là de la balade des Daltons. Mention spéciale à Averell, Syndicaliste, qui comme dirait MAM, change d’idée comme il change de jupe (c’est-à-dire tous les quarts d’heures).

Connaissez-vous la différence entre EDF et Al Capone ? Bah, les deux sont coupables de fraude fiscale, mais seul Al Capone a purgé sa peine (si si c’est vrai en plus, allez vérifier).

Ceux qui défendent la centrale en servant la même soupe froide sur la décolonisation aux métropolitains et qui exploitent la souffrance de NOS ancêtres par la même occasion sont les premiers à servir les intérêts du colonisateur et de ses monopoles. Etre Français c’est aussi être rigide à l’égard du progrès et vous êtes très français !
Oui mais colonisé sidéré, tu critiques mais tu proposes rien ? Si car je n’utilise pas cette rhétorique digne d’un sixième, moi ! Investissons massivement dans les énergies renouvelables, panneaux solaires, chauffe-eau solaire, biocarburants (NAAAAN pas ceux de la centrale, parce que ce sera à plus de 70 % du fioul), isolation des toits, climatisation écologique. Au lieu de détruire emplois, EDF devrait plutôt former ses agents pour préparer l’avenir et la transition énergétique, qui elle est créatrice d’emploi.

Ne soyons plus esclaves des monopoles et rendons la Guyane indépendante énergétiquement d’ici 2030 ! Ne défendons plus les intérêts des entreprises, de l’Etat, mais celui des êtres humains, de la nature et des animaux.

Un colonisé sidéré qui se prend pour Batman.

Répondre Signaler au modérateur
VLT973 03.08.2021
Stop à la désinformation !

Mesdames, Messieurs les journalistes,
Vérifiez SVP les sources et interrogez des contradicteurs à ce M. Rimane qui ne connaît visiblement pas grand chose aux énergies renouvelables...

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
Social

Les offres d'emploi à ne pas manquer cette...

France-Guyane avec Pôle emploi - Samedi 28 Août 2021

1 commentaire
1 commentaire
20 commentaires
11 commentaires
A la une
Coronavirus

Un kiné en colère

Propos recueillis par Christine GUICHARD - Mardi 28 Septembre 2021

Vous étiez président de l’Union Régionale des Professionnels de Santé secteur...

1 commentaire