Suivez le 1er tour de la Présidentielle

Suivez le 1er tour de la Présidentielle

France-Guyane

C'est aujourd'hui que se déroule le premier tour de l'élection présidentielle. Les bureaux de vote sont ouverts de 8 heures à 19 heures.

Un traitement de faveur pour Fillon à Montsinéry ?

Rémire-Montjoly, bureau 7. Près de 100 votants sur 1174 inscrits à 9h15. Un bon début selon la présidente du bureau

Rémire-Montjoly, bureau 1

Marie-Laure Phinéra-Horth, maire de Cayenne, a voté en matinée peu après 9 heures : « Il est important, qu’on soit un élu ou un citoyen lambda, d’accomplir son devoir de citoyen. Le vote est un droit consigné dans notre constitution. C’est un moyen qui nous est donné pour participer, de manière démocratique, à la vie de la Nation. Y déroger c’est se mettre en marge de la société. Lorsqu’on se sent en droit de recourir aux services de l’administration publique, ou même d’exiger des droits vis-à-vis de ceux-ci, c’est parce qu’en amont, nous sommes partie prenante de la société à travers le vote ».

Gilles Adelson, maire de Macouria. Le maire n'a pas eu de mal à faire son choix, même si les événements récents l'ont poussé à bien regarder les programmes des uns et des autres. À la question du second tour, le Maire répond: "que la République puisse véritablement s'exprimer. Je ne veux pas les extrêmes."

Gauthier Horth, élu à la CTG n'a pris que l'enveloppe craft devant les assesseurs rigolards. "Pas besoin de faire semblant ? Je ne prends pas les bulletins. " a-t-il lancé avant de faire un tour des plus rapides dans l'urne. "Dura lex sed lex" lui a répondu l'assesseur principal.

Mélanie Petit-Frère, travailleuse sociale. A voté à 10 heures dans le Bureau N° 22 à Cayenne : « C’est important qu’on ait son mot à dire, que l’on vote par défaut, comme j’entends dire ici et là, ou qu’on vote en toute confiance à partir du programme d’un candidat. Malgré tout ce que nous avons vécu ces dernières semaines, la Guyane fait partie de la France. Le droit de grève auquel nous avons eu recours est acquis par notre citoyenneté française. On ne peut pas revendiquer ce droit et ne pas se positionner comme Français par la suite. Et par rapport aux attentes vis-à-vis du prochain gouvernement, les attentes sont grandes au niveau du retard qu’accuse la Guyane par rapport aux autres localités françaises. Mais j’insiste sur la reconnaissance des spécificités culturelles d’un territoire comme le nôtre. Certaines politiques préconisées dans l’Hexagone ne sont pas forcément applicables dans les Dom-Tom. Il est important que l’État soit sensible à cela ».

Rémire-Montjoly, bureau 7 (9h15)

Joseph Thereau, 62 ans, retraité de la Poste : "Je pense que selon les événements récents, l'attentat de Paris, les électeurs vont restreindre leur choix. Moi-même, il a influencé mon vote. J'ai toujours voté à droite, cette fois-ci j'ai voté Marine Le Pen. C'est un vote de contestation, je conteste les choix politiques. Je n'ai plus confiance aux politiques. Mais en cas de second tour Fillon- Le Pen, je reviendrai à la droite, je voterai Fillon. Car malgré les casseroles, il est droit dans ses bottes. Et qui n'en a pas eu des casseroles ?"

Sylvie Lindor, 37 ans, infirmière : "L'élection présidentielle est importante, j'ai voté plutôt à gauche. Sur nos problèmes locaux, les candidats nous ont oubliés".

Dominique Girault vient voter car c'est un devoir. Il n'a pas de problème avec la campagne tronquée par le mouvement social. " Pour moi, un candidat se détache largement, donc pas de souci."

Rémire-Montjoly, bureau 5 : 196 votants sur 1 157 inscrits. "Les electeurs affluent en continu depuis 8h" explique le president du bureau.

Rémire-Montjoly : 1052 inscrits. Pour le moment, 70 votants. "On est surpris de voir autant de monde" dit un responsable du bureau

Rémire-Montjoly, bureau 1 (09h30)

Ruddy Maurice, l'animateur de Radio Peyi, vote à la maison de quartier de Soula

A Papaïchton, la populations n’est pas pressée d’aller voter : à 12h, seulement 15 votants sur 1128 inscrits. Ici, le maire Jules Deie.

Schella a voté à Montsinéry

Kourou, bureau 10 (87 votants sur 602 inscrits à 10h17) / bureau 3 (80/590 à 10h21)

Cacao : 25 votants sur 609 inscrits à 9h00

Cacao (09h30)

Awala-Yalimapo, 9h30

Rémire-Montjoly, bureaux 3 et 9

Benoît Marie Gandrille (Macouria) : "Je vote à chaque élection. Cette campagne, comme beaucoup des dernières, est plus une chamaillerie qu'un exposé des programmes de chacun". J'ai voté Lassalle car il me semble le plus sincère.

Rémire-Montjoly, bureau 6. 104 votants sur 851 inscrits à 10h00. Ici, la centième votante de la journée

Rémire-Montjoly, bureaux 3 et 9 (10h00). Grosse affluence, des personnes repartent : "Je reviendrai plus tard, il y a trop de monde", sourit un homme.

Rémire-Montjoly, bureau 9 : 117 votants sur 958 inscrits à 10h15. Ambiance détendue dans le bureau.

Rémire-Montjoly, bureau 3 : 140 votants sur 1042 inscrits à 10h20

Rémire-Montjoly, bureau 3 : 112 votants sur 878 inscrits à 10h00. Grosse affluence matinale dans tous les bureaux de Rémire-Montjoly

Kourou, bureau 10 (87 votants sur 602 inscrits à 10h17) / bureau 3 (80/590 à 10h21)

Kourou, bureau 10 (87 votants sur 602 inscrits à 10h17) / bureau 3 (80/590 à 10h21)

Jocelyne Defort-Valere (Macouria) : "Je me déplace à chaque élection, il y en a qui se sont battus pour avoir le droit de vote. Cette année, personne n'a la carrure pour être un président, ni un programme valable pour la France. Pour moi, aucun second tour n'est idéal, mais celui que je redoute, c'est Le Pen-Fillon".

Manuel Defort (Macouria): "Je vote à chaque élection. Le mouvement s'est terminé à temps, les élections auraient pu être perturbées. Mon pronostic pour le second tour, un duel Macron-Mélenchon."

Kourou, bureau 8 : 85 votants sur 680 inscrits à 10h40

Rémire-Montjoly, bureau 11 : 165 votants sur 1231 inscrits à 10h50

Rémire-Montjoly bureau 5

Au bureau de vote de la mairie de Saint-Laurent, 118 votants à 11h30.

Affluence au bureau de vote central de Macouria

Au bureau de l'école Biswane à saint laurent: 123 votants à 12h30 sur 1272 inscrits.

Këyla a voté

• 17h00 : Taux de participation de 37,31%. Le taux de participation à 17h00 s'élève à 37,31%. Pour les élections de 2012, ce même taux était de 45,73%.
. 12h00
: Taux de participation de 18,93%. Le taux de participation à midi s'élève à 18,93%. On note ainsi une baisse de 2 points par rapport au premier tour de la présidentielle de 2012 où le taux à la même heure était de 20,64%.

- La campagne a été difficile pour les soutiens locaux des candidats en Guyane, en raison du mouvement social. Lire ici notre article du 12 avril dernier sur le sujet : "Présidentielle : une campagne loin d'être classique"

. 8 h 00 : Ouverture des bureaux de vote en Guyane.
Rectificatif : Les 12 bureaux de vote de Rémire-Montjoly ont bien ouvert à l'heure, "dans les règles". À l'heure d'ouverture, les bureaux 1,5,7,9 n'avaient pas d'assesseurs principaux, fournis par les candidats. Ils ont donc été remplacés par des assesseurs suppléants, qui sont du personnel de mairie. Tous les bureaux de vote sont donc ouverts.

92 990 ÉLECTEURS
La barre des 100 000 inscrits sur les listes électorales approche. Aujourd'hui, 92 990 électeurs sont appelés à voter, avant le second tour dans quinze jours puis les législatives des 11 et 18 juin. En 2012, la Guyane en comptait 13 000 de moins. Lors du dernier scrutin - les élections territoriales de 2015 - ils étaient 88 202.
VOTE DE 8 HEURES À 19 HEURES
C'est aujourd'hui que les électeurs de Guyane et des autres départements français d'Amérique sont appelés aux urnes. Les bureaux de vote sont ouverts de 8 heures à 19 heures. Jusqu'au premier tour de la présidentielle 2012, ils fermaient à 18 heures. Au second tour, une dizaine étaient restés ouverts une heure de plus. La mesure est donc généralisée.
ONZE CANDIDATS
Les électeurs ont le choix entre Nathalie Arthaud (Lutte ouvrière), François Asselineau (Union populaire républicaine), Jacques Cheminade (Solidarité et Progrès), Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France), François Fillon (Les Républicains), Benoît Hamon (Parti socialiste), Jean Lassalle (Résistons!), Marine Le Pen (Front national), Emmanuel Macron (En marche!), Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise) et Philippe Poutou (Nouveau Parti anticapitaliste).
ON VOTE TOUJOURS À TROU-POISSONS
En 2015, le conseil municipal d'Iracoubo avait décidé de supprimer le bureau de vote de Trou-Poissons. Et pour cause. Il n'y avait plus que quarante et un inscrits. Les élections à la Collectivité territoriale (CTG) devaient donc être les dernières. Finalement, le bureau de vote est toujours là. Les vingt-deux communes cumulent donc toujours 115 bureaux de vote.
PAS DE DIFFUSION DES RÉSULTATS
La loi interdit de diffuser des résultats, même partiels, de l'élection tant que tous les bureaux de vote n'auront pas fermé. C'est-à-dire avant dimanche à 15 heures. Cette règle s'impose à tous les moyens de diffusion, y compris électroniques. Cela signifie qu'un électeur qui s'amuserait à envoyer sur messagerie les résultats d'un bureau de vote s'exposerait aux mêmes sanctions que n'importe quel média. Reste à savoir si un procureur de la République prendra la peine d'engager des poursuites contre un tel fautif.
UN SCRUTIN TRÈS SURVEILLÉ
Samedi soir, après le dépouillement des bulletins dans les bureaux de vote de Guyane, il n'y aura pas d'envoi électronique des résultats à la préfecture pour éviter tout piratage. Ils seront transmis manuellement à la préfecture et, lundi, un conseiller d'État, qui suit le scrutin en Guyane, s'envolera pour Paris afin de transmettre les résultats qui seront proclamés officiellement mercredi. En raison des barrages, tout a été envisagé pour permettre aux résultats d'arriver à Paris, y compris l'utilisation d'un avion militaire. Autour des bureaux de vote, la sécurité est renforcée.

Rémire-Montjoly, bureau 7. Près de 100 votants sur 1174 inscrits à 9h15. Un bon début selon la présidente du bureau
Rémire-Montjoly, bureau 1
Marie-Laure Phinéra-Horth, maire de Cayenne, a voté en matinée peu après 9 heures : « Il est important, qu’on soit un élu ou un citoyen lambda, d’accomplir son devoir de citoyen. Le vote est un droit consigné dans notre constitution. C’est un moyen qui nous est donné pour participer, de manière démocratique, à la vie de la Nation. Y déroger c’est se mettre en marge de la société. Lorsqu’on se sent en droit de recourir aux services de l’administration publique, ou même d’exiger des droits vis-à-vis de ceux-ci, c’est parce qu’en amont, nous sommes partie prenante de la société à travers le vote ».
Gilles Adelson, maire de Macouria. Le maire n'a pas eu de mal à faire son choix, même si les événements récents l'ont poussé à bien regarder les programmes des uns et des autres. À la question du second tour, le Maire répond: "que la République puisse véritablement s'exprimer. Je ne veux pas les extrêmes."
Gauthier Horth, élu à la CTG n'a pris que l'enveloppe craft devant les assesseurs rigolards. "Pas besoin de faire semblant ? Je ne prends pas les bulletins. " a-t-il lancé avant de faire un tour des plus rapides dans l'urne. "Dura lex sed lex" lui a répondu l'assesseur principal.
Mélanie Petit-Frère, travailleuse sociale. A voté à 10 heures dans le Bureau N° 22 à Cayenne : « C’est important qu’on ait son mot à dire, que l’on vote par défaut, comme j’entends dire ici et là, ou qu’on vote en toute confiance à partir du programme d’un candidat. Malgré tout ce que nous avons vécu ces dernières semaines, la Guyane fait partie de la France. Le droit de grève auquel nous avons eu recours est acquis par notre citoyenneté française. On ne peut pas revendiquer ce droit et ne pas se positionner comme Français par la suite. Et par rapport aux attentes vis-à-vis du prochain gouvernement, les attentes sont grandes au niveau du retard qu’accuse la Guyane par rapport aux autres localités françaises. Mais j’insiste sur la reconnaissance des spécificités culturelles d’un territoire comme le nôtre. Certaines politiques préconisées dans l’Hexagone ne sont pas forcément applicables dans les Dom-Tom. Il est important que l’État soit sensible à cela ».
Rémire-Montjoly, bureau 7 (9h15)
Joseph Thereau, 62 ans, retraité de la Poste : "Je pense que selon les événements récents, l'attentat de Paris, les électeurs vont restreindre leur choix. Moi-même, il a influencé mon vote. J'ai toujours voté à droite, cette fois-ci j'ai voté Marine Le Pen. C'est un vote de contestation, je conteste les choix politiques. Je n'ai plus confiance aux politiques. Mais en cas de second tour Fillon- Le Pen, je reviendrai à la droite, je voterai Fillon. Car malgré les casseroles, il est droit dans ses bottes. Et qui n'en a pas eu des casseroles ?"
Sylvie Lindor, 37 ans, infirmière : "L'élection présidentielle est importante, j'ai voté plutôt à gauche. Sur nos problèmes locaux, les candidats nous ont oubliés".
Dominique Girault vient voter car c'est un devoir. Il n'a pas de problème avec la campagne tronquée par le mouvement social. " Pour moi, un candidat se détache largement, donc pas de souci."
Rémire-Montjoly, bureau 5 : 196 votants sur 1 157 inscrits. "Les electeurs affluent en continu depuis 8h" explique le president du bureau.
Rémire-Montjoly : 1052 inscrits. Pour le moment, 70 votants. "On est surpris de voir autant de monde" dit un responsable du bureau
Rémire-Montjoly, bureau 1 (09h30)
Ruddy Maurice, l'animateur de Radio Peyi, vote à la maison de quartier de Soula
A Papaïchton, la populations n’est pas pressée d’aller voter : à 12h, seulement 15 votants sur 1128 inscrits. Ici, le maire Jules Deie.
Schella a voté à Montsinéry
Kourou, bureau 10 (87 votants sur 602 inscrits à 10h17) / bureau 3 (80/590 à 10h21)
Cacao : 25 votants sur 609 inscrits à 9h00
Cacao (09h30)
Awala-Yalimapo, 9h30
Rémire-Montjoly, bureaux 3 et 9
Benoît Marie Gandrille (Macouria) : "Je vote à chaque élection. Cette campagne, comme beaucoup des dernières, est plus une chamaillerie qu'un exposé des programmes de chacun". J'ai voté Lassalle car il me semble le plus sincère.
Rémire-Montjoly, bureau 6. 104 votants sur 851 inscrits à 10h00. Ici, la centième votante de la journée
Rémire-Montjoly, bureaux 3 et 9 (10h00). Grosse affluence, des personnes repartent : "Je reviendrai plus tard, il y a trop de monde", sourit un homme.
Rémire-Montjoly, bureau 9 : 117 votants sur 958 inscrits à 10h15. Ambiance détendue dans le bureau.
Rémire-Montjoly, bureau 3 : 140 votants sur 1042 inscrits à 10h20
Rémire-Montjoly, bureau 3 : 112 votants sur 878 inscrits à 10h00. Grosse affluence matinale dans tous les bureaux de Rémire-Montjoly
Kourou, bureau 10 (87 votants sur 602 inscrits à 10h17) / bureau 3 (80/590 à 10h21)
Kourou, bureau 10 (87 votants sur 602 inscrits à 10h17) / bureau 3 (80/590 à 10h21)
Jocelyne Defort-Valere (Macouria) : "Je me déplace à chaque élection, il y en a qui se sont battus pour avoir le droit de vote. Cette année, personne n'a la carrure pour être un président, ni un programme valable pour la France. Pour moi, aucun second tour n'est idéal, mais celui que je redoute, c'est Le Pen-Fillon".
Manuel Defort (Macouria): "Je vote à chaque élection. Le mouvement s'est terminé à temps, les élections auraient pu être perturbées. Mon pronostic pour le second tour, un duel Macron-Mélenchon."
Kourou, bureau 8 : 85 votants sur 680 inscrits à 10h40
Rémire-Montjoly, bureau 11 : 165 votants sur 1231 inscrits à 10h50
Rémire-Montjoly bureau 5
Au bureau de vote de la mairie de Saint-Laurent, 118 votants à 11h30.
Affluence au bureau de vote central de Macouria
Au bureau de l'école Biswane à saint laurent: 123 votants à 12h30 sur 1272 inscrits.
Këyla a voté

Suivez l'info en temps réel
sur l'appli France-Guyane!

Télécharger