Présidentielle : toutes les images du 2nd tour en Guyane

Présidentielle : toutes les images du 2nd tour en Guyane

France-Guyane

Au total, 92 935 électeurs sont attendus aujourd'hui dans les bureaux de vote en Guyane, de 8 à 19 heures, à l'occasion du second tour de l'élection présidentielle.

A Awala-Yalimapo, Madame Appolinaire, 87 ans, grand mère du maire de la commune Jean-Paul Fereira, a voté dès l'ouverture du bureau (R.M)

Les bureaux de vote de Guyane ont ouvert ce samedi matin à 8h00 (PR)

Le bureau de vote de Trou Poissons a ouvert à 8h. 65 électeurs y sont inscrits. Lors du premier tour, ils ne sont que neuf à s'être déplacés. Une longue journée s'annonce pour le président du bureau et ses assesseurs. (TF)

Le premier votant à Trou Poissons, à 8h30 précise. (TF)

9h00 : déjà 45 votants en mairie d'Iracoubo (TF)

A 10h00 : 48 votants pour 398 à Bellevue, bureau de vote numero 3 d'Iracoubo. (TF)

Au bureau de vote de Cacao, Roura : 70 votants sur 609 inscrits à 10h00.

Paul Desiré, 82 ans, s'est exprimé aujourd'hui à 10h45, au bureau central de Macouria.La participation à Macouria est en nette augmentation par rapport au premier tour. À 10h, lors du premier tour elle était de 6,86 %, aujourd'hui à la même heure, elle dépasse les 9% (9,03) (DR)

A 11h, la participation globale de Macouria est 13,64%, contre 12,13 % lors du 1er tour.

"J'espère que les Guyanais viendront voter, j'espère qu'ils se sentiront concernés. J'ai un peu d'inquiétude (quand à l'issu du scrutin) [...] Demain je serais avec mes amis de Nouvelle force de Guyane pour analyser et commenter les résultats." Marie-Laure Phinéra-Horth, maire de Cayenne, au bureau de vote numéro 2 à Cayenne à 10h45. (AG)

"Oui je savais pour qui j'allais voter. C'est pour moi un vote d'évidence mais ce n'est pas pour autant un chèque en blanc pour Macron. Il faudra qu'il change son fusil d'épaule sinon on fera ce qu'il faut." Christian, 72 ans (AG)

"La décision a été difficile car le débat a été peu concluant, c'était juste des pics entre les deux candidats. Je suis déçue [...] mais aujourd'hui je suis venue remplir mon rôle en votant." Angélique, 26 ans (AG)

Gilles Adelson, le maire de Macouria, a voté. Son souhait pour ce second tour : "Que les électeurs participent, et qu'ils s'expriment". (DR)

"Je n'ai pas pu voter au premier tour car j'étais hors du département et en plus je n'ai pas trouvé que les programmes concernaient les Guyanais. Je n'ai pas voté pour un programme aujourd'hui mais pour celui qui s'est le plus intéréssé à la Guyane." Andy, 24 ans à 11 heures. (AG)

Absent au premier tour le maire de St Georges, Georges Elfort, à voté à 12h30 au bureau 1 de la mairie (CJ)

Thomy Albert, 32 ans : "Quand on parle de vote extrémiste à propos de Marine Le Pen, le mot fait peur en lui-même. Personnellement, je me disais que si elle pouvait apporter des réponses aux problèmes de la France, pourquoi pas ? Son discours sécuritaire a de quoi séduire et je comprends que certaines personnes y soient sensibles. Cependant, je le trouve insuffisant car si on ne propose pas du travail aux gens, une utilité sociale, on peut comprendre qu’ils se tournent vers la délinquance. En tant que jeune chef d’entreprise, le projet d’Emmanuel Macron me paraît plus séduisant et plus réaliste sur le plan économique. Je ne crois pas que l’on puisse fermer nos frontières et s’isoler du reste du monde et je crois en l’Union Européenne à condition qu’elle laisse de l’autonomie aux régions et qu’elles viennent en aide en fonction des besoins réels des collectivités. Au total, l’idéal serait de pouvoir piocher les meilleures idées de chaque candidat ou chaque partie pour en tirer la quintessence". (PC)

Francis Sire, 50 ans : "Je comprends que les gens soient en colère mais j’estime que le vote Le Pen n’est pas une bonne réponse. Elle se nourrit d’ailleurs de la déception des électeurs, semble contre tout et contre tous mais propose une vieille recette dont on a pu mesurer les dégâts dans l’histoire. C’est un peu comme si les gens n’avaient pas de mémoire historique et culturelle. On ne peut pas grandir et prospérer à l’écart du monde et rester les seuls irréductibles dans notre petit coin. Je ne sais plus qui disait : « Quand les personnes et les marchandises ne circulent plus, ce sont les armées qui franchissent les frontières ». Je trouve cette réflexion très à propos." (PC)

Amanda Païké, 19 ans : "Je vote pour la première fois à l’occasion de ces élections présidentielles. Je trouve cela important car je considère que c’est un geste qui me permettra de peser sur l’avenir de mon pays. Je veux notamment demander des comptes au prochain gouvernement afin qu’il n’oublie pas les promesses faites par le précédent et, notamment, celle de la création d’une véritable antenne universitaire sur Saint-Laurent du Maroni. Nous devons continuer d’exiger plus de moyens pour la jeunesse, des formations et de l’emploi. Aujourd’hui, j’ai voté Emmanuel Macron. Moins pour son projet que pour la peur que m’inspire son adversaire. J’ai la chance d’être de nationalité française ce qui n’est pas le cas pour l’ensemble de mes amis ou de mes parents. J’ai peur qu’au cas où elle serait élue, nous puissions être séparés de chaque côté d’une frontière et je ne me vois pas vivre sans eux à mes côtés." (PC)

Thomas Mondoe, 22 ans : "Pour moi voter, c’est important car si’ l’on devait être mécontents par la suite, on aurait juste le droit de regretter de ne pas l’avoir fait. J’ai choisi de voter par défaut pour un candidat. Initialement, j’avais plutôt tendance à me tourner vers Marine Le Pen tout simplement parce qu’elle ne faisait pas partie du système et qu’on ne pouvait pas lui reprocher de contribuer à son échec. Mais, lorsqu’elle a indiqué qu’elle comptait mettre tous les immigrés dehors ou quand elle s’est prononcé contre l’Europe, j’ai révisé mon positionnement. Le débat de l’entre-deux-tours n’a fait que confirmé cette tendance. Je l’ai trouvé plus acharnée à essayer de critiquer son adversaire politique plutôt que d’argumenter en faveur de son programme. Quand elle l’a fait, elle s’est montrée imprécise et je n’ai pas bien compris vers quelle destination elle voulait nous emmener." (PC)

La population se mobilise à Apatou. A la mi-journée, presque autant de personnes on votés que lors du premier tour. (FP)

Affluence à Montsinéry à 16h00 (DR)

41,19% DE PARTICIPATION À 17H
Le taux de participation à 17h00 en Guyane est de 41,19%.Il était de 37,31% à la même heure lors du 1er tour, le 22 avril dernier. En 2012, à la même heure, il s’élevait à 45,73%.Pour mémoire celui de 2007 était à 17h00 à 53,32%.

19,92% DE PARTICIPATION À 12H
Le taux de participation à 12h00 est de 19,92%. Il était de 18,93% à la mi-journée lors du 1er tour. En 2012, à la même heure, il s'élevait à 22,11%.

115 BUREAUX DE VOTE
Comme lors du premier tour de scrutin, le 22 avril, 115 bureaux de vote sont ouverts aujourd'hui dans les vingt-deux communes du département. Notamment celui de Trou-Poissons, qui devait pourtant disparaître après les élections à la Collectivité territoriale. Les bureaux de vote ouvrent leurs portes à 8 heures et ferment à 19 heures.
92 935 ÉLECTEURS
Lors du premier tour, 92 990 électeurs inscrits étaient annoncés par la préfecture. En réalité, ils n'étaient « que » 92 935 à être véritablement couchés sur les listes électorales. Ce qui représente quand même une augmentation de près de 13 000 inscrits par rapport à l'élection présidentielle de 2012.
26 834 EXPRIMÉS
Le 22 avril, seuls 26 834 électeurs inscrits sur 92 935 se sont exprimés. Ce qui représente un taux de participation très faible de 34,35%. Il faut néanmoins y ajouter les 5 091 bulletins blancs ou nuls qui ont été glissés dans les urnes. Au total, ce sont 31 925 électeurs qui ont exprimé un choix dans un isoloir.
MACRON CONTRE LE PEN
Des onze candidats sur la ligne de départ, il ne reste donc plus qu'Emmanuel Macron (En marche!) et Marine Le Pen (Front national). Au premier tour, en Guyane, le premier est arrivé loin derrière la seconde. En effet, Emmanuel Macron a recueilli 18,75% des voix exprimées, soit 5 031 votes. Marine Le Pen a su convaincre 6 519 électeurs, soit 24,29% des suffrages exprimés. Au niveau national, Emmanuel Macron (24,01%) a devancé Marine Le Pen (21,3%).
LES RÉSULTATS DEMAIN À 15 HEURES
Comme il y a deux semaines, les résultats du scrutin en Guyane ne seront pas divulgués avant demain, à 15 heures. La loi interdit de les diffuser, même de façon partielle, avant cette heure. Si le dépouillement a bien lieu ce soir dès la fermeture des bureaux, les résultats seront acheminés manuellement à la préfecture afin d'éviter toute fuite électronique. Ils seront ensuite envoyés à Paris.

Les bureaux de vote de Guyane ont ouvert ce samedi matin à 8h00 (PR)
Le bureau de vote de Trou Poissons a ouvert à 8h. 65 électeurs y sont inscrits. Lors du premier tour, ils ne sont que neuf à s'être déplacés. Une longue journée s'annonce pour le président du bureau et ses assesseurs. (TF)
Le premier votant à Trou Poissons, à 8h30 précise. (TF)
9h00 : déjà 45 votants en mairie d'Iracoubo (TF)
A 10h00 : 48 votants pour 398 à Bellevue, bureau de vote numero 3 d'Iracoubo. (TF)
Au bureau de vote de Cacao, Roura : 70 votants sur 609 inscrits à 10h00.
Paul Desiré, 82 ans, s'est exprimé aujourd'hui à 10h45, au bureau central de Macouria.La participation à Macouria est en nette augmentation par rapport au premier tour. À 10h, lors du premier tour elle était de 6,86 %, aujourd'hui à la même heure, elle dépasse les 9% (9,03) (DR)
A 11h, la participation globale de Macouria est 13,64%, contre 12,13 % lors du 1er tour.
"J'espère que les Guyanais viendront voter, j'espère qu'ils se sentiront concernés. J'ai un peu d'inquiétude (quand à l'issu du scrutin) [...] Demain je serais avec mes amis de Nouvelle force de Guyane pour analyser et commenter les résultats." Marie-Laure Phinéra-Horth, maire de Cayenne, au bureau de vote numéro 2 à Cayenne à 10h45. (AG)
"Oui je savais pour qui j'allais voter. C'est pour moi un vote d'évidence mais ce n'est pas pour autant un chèque en blanc pour Macron. Il faudra qu'il change son fusil d'épaule sinon on fera ce qu'il faut." Christian, 72 ans (AG)
"La décision a été difficile car le débat a été peu concluant, c'était juste des pics entre les deux candidats. Je suis déçue [...] mais aujourd'hui je suis venue remplir mon rôle en votant." Angélique, 26 ans (AG)
Gilles Adelson, le maire de Macouria, a voté. Son souhait pour ce second tour : "Que les électeurs participent, et qu'ils s'expriment". (DR)
"Je n'ai pas pu voter au premier tour car j'étais hors du département et en plus je n'ai pas trouvé que les programmes concernaient les Guyanais. Je n'ai pas voté pour un programme aujourd'hui mais pour celui qui s'est le plus intéréssé à la Guyane." Andy, 24 ans à 11 heures. (AG)
Absent au premier tour le maire de St Georges, Georges Elfort, à voté à 12h30 au bureau 1 de la mairie (CJ)
Thomy Albert, 32 ans : "Quand on parle de vote extrémiste à propos de Marine Le Pen, le mot fait peur en lui-même. Personnellement, je me disais que si elle pouvait apporter des réponses aux problèmes de la France, pourquoi pas ? Son discours sécuritaire a de quoi séduire et je comprends que certaines personnes y soient sensibles. Cependant, je le trouve insuffisant car si on ne propose pas du travail aux gens, une utilité sociale, on peut comprendre qu’ils se tournent vers la délinquance. En tant que jeune chef d’entreprise, le projet d’Emmanuel Macron me paraît plus séduisant et plus réaliste sur le plan économique. Je ne crois pas que l’on puisse fermer nos frontières et s’isoler du reste du monde et je crois en l’Union Européenne à condition qu’elle laisse de l’autonomie aux régions et qu’elles viennent en aide en fonction des besoins réels des collectivités. Au total, l’idéal serait de pouvoir piocher les meilleures idées de chaque candidat ou chaque partie pour en tirer la quintessence". (PC)
Francis Sire, 50 ans : "Je comprends que les gens soient en colère mais j’estime que le vote Le Pen n’est pas une bonne réponse. Elle se nourrit d’ailleurs de la déception des électeurs, semble contre tout et contre tous mais propose une vieille recette dont on a pu mesurer les dégâts dans l’histoire. C’est un peu comme si les gens n’avaient pas de mémoire historique et culturelle. On ne peut pas grandir et prospérer à l’écart du monde et rester les seuls irréductibles dans notre petit coin. Je ne sais plus qui disait : « Quand les personnes et les marchandises ne circulent plus, ce sont les armées qui franchissent les frontières ». Je trouve cette réflexion très à propos." (PC)
Amanda Païké, 19 ans : "Je vote pour la première fois à l’occasion de ces élections présidentielles. Je trouve cela important car je considère que c’est un geste qui me permettra de peser sur l’avenir de mon pays. Je veux notamment demander des comptes au prochain gouvernement afin qu’il n’oublie pas les promesses faites par le précédent et, notamment, celle de la création d’une véritable antenne universitaire sur Saint-Laurent du Maroni. Nous devons continuer d’exiger plus de moyens pour la jeunesse, des formations et de l’emploi. Aujourd’hui, j’ai voté Emmanuel Macron. Moins pour son projet que pour la peur que m’inspire son adversaire. J’ai la chance d’être de nationalité française ce qui n’est pas le cas pour l’ensemble de mes amis ou de mes parents. J’ai peur qu’au cas où elle serait élue, nous puissions être séparés de chaque côté d’une frontière et je ne me vois pas vivre sans eux à mes côtés." (PC)
Thomas Mondoe, 22 ans : "Pour moi voter, c’est important car si’ l’on devait être mécontents par la suite, on aurait juste le droit de regretter de ne pas l’avoir fait. J’ai choisi de voter par défaut pour un candidat. Initialement, j’avais plutôt tendance à me tourner vers Marine Le Pen tout simplement parce qu’elle ne faisait pas partie du système et qu’on ne pouvait pas lui reprocher de contribuer à son échec. Mais, lorsqu’elle a indiqué qu’elle comptait mettre tous les immigrés dehors ou quand elle s’est prononcé contre l’Europe, j’ai révisé mon positionnement. Le débat de l’entre-deux-tours n’a fait que confirmé cette tendance. Je l’ai trouvé plus acharnée à essayer de critiquer son adversaire politique plutôt que d’argumenter en faveur de son programme. Quand elle l’a fait, elle s’est montrée imprécise et je n’ai pas bien compris vers quelle destination elle voulait nous emmener." (PC)
La population se mobilise à Apatou. A la mi-journée, presque autant de personnes on votés que lors du premier tour. (FP)
Affluence à Montsinéry à 16h00 (DR)

Suivez l'info en temps réel
sur l'appli France-Guyane!

Télécharger