La contre-rentrée des députés ultramarins
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !
Politique

La contre-rentrée des députés ultramarins

Gérôme GUITTEAU ; g.guitteau@agmedias.fr
Les députés des territoires 97
Douze députés sont présents sur cette photo, tous issus des Outre-mer, lors d'une conférence publique à l'Université de Guyane, à Cayenne, lundi 9 janvier. Ils ont fait leur rentrée politique en Guyane pendant un séminaire de quatre jours. Ensuite, ils rentrent sur Paris pour discuter du projet de loi sur les retraites qui commence sa navette parlementaire. Les députés présents en Guyane se sont montrés unis contre le rejet de ce projet du gouvernement malgré l'appartenance à des groupes politiques différents. • GG

Sur les 27 députés outre-mer, 19 ont rejoint la volonté d'union initiée par Davy Rimane et Jean-Victor Castor, les représentants guyanais. Cette union a pris corps dans un séminaire de quatre jours, entre samedi et mardi dernier, qui établit, concrètement, une stratégie commune sur la cherté de la vie mais qui philosophiquement souhaite devenir un lobby au profit “des territoires du 97”.  

"Ce soir nous sommes à l'Assemblée Nationale ici à Cayenne. Un changement fort est né en Guyane et il n'est pas prêt de s'arrêter", s'enthousiasme Émeline K/Bidi, députée Gauche démocrate et républicaine (GDR) de la Réunion, lors d'une conférence publique, lundi soir à l'Université de Guyane.

Emeline K/Bidi et Frédéric Maillot
Deux des trois députés de la gauche démocrate et républicaine venant de la Réunion ont assisté à l'ensemble du séminaire. La première, Emeline K/Bidi a ouvert le bal de la conférence publique, lundi, le second, Frédéric Maillot l'a suivie. "Arrêter de nous fouetter à coup de 49.3 si vous(le gouvernement) nous aimez juste un peu" a-t-il lancé chauffant la salle pour le reste de la soirée. • GG

Sous les applaudissements du public, 13 députés parmi les 19 qui ont rejoint le mouvement initié par Davy Rimane, député de la seconde circonscription de Guyane, discutent de la nécessité de s'unir afin que Paris les entendent.

J'ai attendu ce moment très longtemps. C'est un acte politique historique. Nous avions pris l’habitude, car c'est plus facile, de nous diviser, aujourd'hui on s'unit”, s'émeut Jean-Philippe Nilor, LFI, de la Martinique.
Dorénavant, nous chassons en meute”, le rejoint sous les hourra de l'audience Jean-Hugues Ratenon, de La...