« Une criminalité de sang plus forte qu'ailleurs »
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !

« Une criminalité de sang plus forte qu'ailleurs »

B.D.
Henri de Larosière de Champfeu, le premier président de la Cour d'appel, reconnaît l'importance de la criminalité en Guyane (BD)
Henri de Larosière de Champfeu, le premier président de la Cour d'appel, reconnaît l'importance de la criminalité en Guyane (BD)

Arrivé en septembre, le premier président de la Cour d'appel de Cayenne, Henri de Larosière de Champfeu, a fait du jugement des affaires criminelles une priorité.

Pour démontrer l'importance de la criminalité en Guyane, Henri de Larosière de Champfeu fait une comparaison : « En 2014, dans le département du Nord, qui compte 2,6 millions d'habitants, la cour d'assises a siégé 240 jours. En Guyane, en 2016, pour 240 000 habitants, la cour d'assises siégera 152 jours. »
Pour le premi