Ils voulaient faire naître leur bébé sur une plage de Sainte-Lucie et se retrouvent bloqués par les autorités

Ils voulaient faire naître leur bébé sur une plage de Sainte-Lucie et se retrouvent bloqués par les autorités

Rédaction web
Sainte-Lucie est l'une des grandes destinations touristiques caribéennes.
Sainte-Lucie est l'une des grandes destinations touristiques caribéennes. • ST. LUCIA TOURISM AUTHORITY

Un couple de britanniques avait comme idée de donner naissance à leur bébé sur une plage de Rodney Bay, à Sainte-Lucie. Sauf que la maman a accouché bien avant, en pleine mer, sur un voilier en provenance de la Martinique. Le début d'un long calvaire administratif, car les deux Anglais n'arrivent toujours pas à prouver la filiation du nourrisson auprès des autorités. 

C'est une histoire insolite, emplie de bonheur mais qui a vite viré au cauchemar pour un couple de Britanniques. Le 23 avril dernier, Iuliia Gurzhii est montée à bord d'un voilier en Martinique avec son compagnon, Clive, en mettant le cap sur Sainte-Lucie, avec un objectif plutôt original en tête : faire naître leur bébé sur une plage de Rodney Bay. 

Un rêve pour ces deux Anglais, qu'ils avaient envisagé un mois auparavant, avant qu'un long calvaire ne finisse par démarrer. Selon un article du Manchester Evening News, la maman, qui en était à 35 semaines de grossesse (début du 9e mois), a accouché sur le navire, bien avant d'arriver au lieu prévu. La petite Louisa est donc née sur le voilier. Un moment de pur bonheur pour le couple, avant que les formalités d'état civil ne viennent les empêcher de pouvoir repartir en Angleterre. 

Des résultats ADN qui tardent

Selon le média anglais, le couple, qui a déjà une fille de 8 ans (qui les attend actuellement chez des proches, en Grande-Bretagne), est aujourd'hui bloqué, car les autorités saint-luciennes veulent absolument la preuve qu'il s'agisse bien de l'enfant du couple. Ce dernier s'était présenté à l'hôpital central de Sainte-Lucie, afin de vérifier si son nourrisson était en bonne santé. Cependant, l'administration hospitalière et l'état civil de l'île ont refusé d'enregistrer la naissance de l'enfant, expliquant qu'elle avait été déclarée au bout d'un délai excédant 24 heures et que personne n'avait assisté à l'accouchement.

Iuliia et Clive Gurzhii sont donc maintenant contraints d'attendre les résultats du test ADN pour prouver la filiation de leur bébé. Ces derniers tardent à arriver. Actuellement en difficulté, ils se trouvent avec leur nourrisson, aujourd'hui âgé de quatre mois, à Grenade, où siège le consulat britannique.

Suivez l'info en temps réel
sur l'appli France-Guyane!

Télécharger