« Ce n'est pas moi qui ai tué la fille »
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !
ASSISES

« Ce n'est pas moi qui ai tué la fille »

Marine JACQUES
Johnny Wardrope (à droite) a joint les gestes à la parole pour décrire les faits. Ci-dessus, le petit calibre identifié comme étant l'arme du crime (MJ & illustration Watson Oxime)
Johnny Wardrope (à droite) a joint les gestes à la parole pour décrire les faits. Ci-dessus, le petit calibre identifié comme étant l'arme du crime (MJ & illustration Watson Oxime)

Johnny Wardrope, accusé de complicité dans le meurtre d'Amélie Gaillard, a été entendu par la cour d'assises hier. Il a livré sa vision plus ou moins trouble des faits.

Des