Suriname : l’aide du FMI enterrée ?
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !
CHEZ NOS VOISINS

Suriname : l’aide du FMI enterrée ?

Éric GERNEZ, à Paramaribo
Le président Chan Santokhi pose avec l’ambassadeur chinois Han Jing et des représentants d’associations chinoises au monument du parc de l’amitié. - © Ranu Abhelakh
Le président Chan Santokhi pose avec l’ambassadeur chinois Han Jing et des représentants d’associations chinoises au monument du parc de l’amitié. - © Ranu Abhelakh

Pendant de longs mois, l’intervention du Fond Monétaire International a été présentée comme seule voie de secours pour sortir de la crise financière que traverse le pays. Son achèvement semble aujourd’hui compromis. Etat de la situation, causes, risques et alternatives.

Situation financière très dégradée

L’arrêt de l’exploitation de la bauxite en 2015 à provoqué le début d’une chute de l’économie du Suriname. Cette perte de revenus, associée à une gestion dispendieuse, ont eu deux conséquences majeures : l’assèchement des caisses de l’Etat et une aggravation de la perte de confiance dans la monnaie nationale, le SRD. C’est dans cette situation que le nouveau gouvernement a trouvé le pays en arrivant au pouvoir en juillet 2020. L’épidémie de Covid, avec son train de restrictions, est survenue au plus mauvais moment pour achever une économie moribonde.
Le recours au FMI

Avec une monnaie qui, aujourd’hui, à perdu trois fois sa valeur en un an par rapport au dollar américain ou à l’euro et une inflation qu’on n’ose plus mesurer, le pays est dans une situation catastrophique au niveau financier. Avec une consommation basée sur les produits d’importation, l’érosion du taux de change à eu des conséquences lourdes.

Le Covid a provoqué un chômage massif et la misère frappe durement le pays. Le rôle du Fond Monétaire International est de « garantir la stabilité financière et économique et faire reculer la pauvreté ». A cours