MICRO-TROTTOIR : Quels impacts face à l'augmentation des prix des carburants ?
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !
ECONOMIE

MICRO-TROTTOIR : Quels impacts face à l'augmentation des prix des carburants ?

Marie Odry et Gaetan Tringham
Des citoyens réagissent à l'augmentation des prix des carburants
Des citoyens réagissent à l'augmentation des prix des carburants

À partir de ce 1er juin, le sans-plomb dépasse la barre symbolique des 2 euros par litre d'essence. Une augmentation de 13 centimes par rapport à mai pour atteindre 2,06/L. Le gazole enregistre en revanche une légère baisse de 2 centimes et s'établit à 1,91/L. Face à ce tarif croissant depuis plusieurs mois, nous sommes allés à votre rencontre pour voir les impacts dans votre quotidien.

Sam, 25 ans, circule avec une voiture à essence : “il faut que l'on se rebelle, une grève, une marche ! ”
Sam


"Je ne sors même plus de chez moi, plus de promenade en voiture. Je sors en vélo désormais. Il va falloir faire quelque chose. On ne peut pas vivre comme ça. Il faut que l’on se rebelle, une grève, une marche je ne sais pas mais il faut que cela s'arrête ! "

Mathilde, chauffeur de bus : je mets 20 euros d’essence, l’aiguille ne monte même pas

Mathilde
 
"Je trouve que c’est un réel coût ! Passer de 80 euros à 100 euros que ce soit pour le plein du bus ou la voiture c'est énorme.Je mets 20 euros d'essence, l'aiguille ne monte même pas. Franchement ce n'est pas possible. L'augmentation du carburant devient un vrai problème. On essaye de limiter les voyages, par exemple, mon frère et moi on prend la même voiture maintenant, on partage de plus en plus."

Wellington, 18 ans, circule avec une voiture à essence : “un jour ce sera 5 euros le litre
Wellington


"C’est embêtant, si on est payé au smic et que l'on doit mettre notre argent dans la maison, dans l’assurance et l'essence, on ne peut plus gérer. Surtout que l’on est en Guyane, un jour ce sera 5 euros le litre personne ne va rien comprendre, c'est du n’importe quoi. La solution serait d'arrêter de rouler."

Sephora, 25 ans, circule avec une voiture diesel: “A part subir l’augmentation on ne peut rien faire
Sephora


"Je travaille sur Kourou, je fais un plein une fois par semaine pratiquement. Je ne vois aucune différence avec la baisse de ces deux centimes. On m' a parlé de faire de l'éco conduite, mais cela ne va pas changer grand chose car on finira quand même par faire le plein. A part subir l’augmentation on ne peut rien faire."

Patrick, 40 ans, circule avec une voiture diesel : "pour les jeunes cela est un réel coût en carburant
Patrick


"Maintenant je fais attention à mes dépenses comme je travaille à Cayenne et que j’habite à Kourou. Ce n'est pas évident, mais on s'accroche. Pour les courses, je les fais en une seule fois contrairement à avant. Je regroupe tout. Pour les jeunes qui ne travaillent pas ce n’est pas facile. Il faudrait une carte de bus à 10 euros par semaine, pour circuler entre les communes de la Guyane, car pour les jeunes cela represente un réel cout en carburant. Il faut penser aux autres classes qui ne peuvent presque plus bouger sauf par nécessité ! "

Lire aussi : Carburants : le litre de sans-plomb passe la barre des 2 euros, le diesel baisse légèrement