L'IEDOM: Des perspectives de conjoncture économique contrariées
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !
ECONOMIE

L'IEDOM: Des perspectives de conjoncture économique contrariées

François Xavier Guillerm, correspondant à Paris
Le siège de l’Iedom, à Cayenne - (©Archives)
Le siège de l’Iedom, à Cayenne - (©Archives)

Au sortir de la crise Covid et alors que la guerre est bien engagée entre la Russie et l’Ukraine, l’Institut d’émission d’Outre-mer (IEDOM) a présenté jeudi à Paris la conjoncture 2021 et les perspectives 2022 pour les territoires d’Outre-mer. Marie-Anne Poussin-Delmas, présidente de l’IEDOM) parle d'une « reprise contrariée ».

Si en 2020 l'impact de la pandémie était moins fort en outre-mer que dans l'Hexagone (la perte de PIB est restée comprise entre moins 3 et moins 4 % en moyenne contre moins 8% dans l'Hexagone), en 2021, on s'est trouvé dans une situation inverse, avec un impact plus fort de la pandémie en outre-mer. L'indicateur de climat des affaires montre toutefois une bonne reprise au premier semestre 2021 après la chute très importante de 2020. La reprise s'est poursuivie au second semestre, mais à rythme moindre. « C'est pour ça que nous parlons de reprise contrariée, explique Mme Poussin-Delmas, à la fois par la recrudescence de la pandémie mais aussi en conséquence de la reprise mondiale sur les approvisionnements et sur les prix de l'énergie et des matières premières. » Par ailleurs, la Guadeloupe a enregistré un repli de son activité au 4e trimestre 2021 à cause du mouvement social de fin d'année.

Ce rebond global sur l'année 2021 s’est également vu dans les chiffres de l'emploi. Aux Antilles Guyane, L'emploi salarié privé a retrouvé son niveau d'avant crise dès le premier trimestre 2021, avec un recul marqué du chômage, notamment en Martinique où il a atteint un point bas historique à 10,8%. Par ailleurs, le plan « un jeune une solution » a permis entre 2019 et 2021 de multiplier par trois le flux de nouveaux contrats d'apprentissage en Guadeloupe, entre deux et trois en Martinique et deux en Guyane (soit le même niveau que pour la France entière). Ce rebond a permis de compenser entre 50 et 75 % de la perte d'activité de 2020, mais pas dans tous les secteurs : ni la Martinique ni la Guadeloupe n’ont retrouvé