CEOG : « Si les choses ne s’apaisent pas, on peut aller faire autre chose ailleurs »
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !
PROJET CEOG

CEOG : « Si les choses ne s’apaisent pas, on peut aller faire autre chose ailleurs »

Propos recueillis par Gérôme GUITTEAU, g.guitteau@agmedias.fr

L’actionnaire principal du projet de centrale électrique de l’Ouest guyanais (CEOG), Thierry Déau était en Guyane la semaine dernière. Il est passé à Saint-Laurent pour tenter de ramener les différentes parties autour de la table des négociations alors que le chantier est arrêté, retardant la mise en action de la CEOG, prévue initialement en 2024. Elle doit fournir 10 000 foyers et garantir une distribution électrique en bout de réseau. Entretien

Pourquoi êtes-vous en Guyane cette semaine ?

Je suis en Guyane pour la CEOG et parce que Meridiam est mécène de l’Opéra de Paris à hauteur de 500 000 euros. Ce dernier voulait proposer des missions dans les régions afin de trouver des talents et permettre le développement des techniques et métier de l’Opéra. Donc les deux se mariaient bien. C’est à la fois un hasard et pas un hasard. L’Opéra avait déjà identifié la Guyane comme cible.

Qu’avez-vous découvert à Saint-Laurent ?

Rien. C’est toujours pareil malgré l’avancée de certains travaux de défrichage, arrêtés pour le moment. J’ai rencontré les parties prenantes à Mana, les adjoints du maire, mais je n’ai pas été au village de Prospérité. Il me semble que je n’étais pas le bienvenu.
Le climat actuel est apaisé, il n’y a pas de violences sur le site. Je suis un adepte du dialogue et celui doit reprendre.


Qu’en es-t-il d’un retour imminent d’engins lourds sur le site ?

Il n’y en a pas.


Quelle est la prochaine étape du projet CEOG ?

On attend que le dialogue reparte. C’est ça la suite. Qu’est-ce que les parties prenantes veulent bien nous donner ? Ce projet a été fait dans les règles de l’art : quatre ans de consultation, treize rendez-vous avec l’opposant principal qui signe un pré-accord puis le dénonce quelques mois après.
Nous pensons que ce projet est bénéfique pour...