Del otro lado grand prix du Fifac, Wani prix du public
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !
CULTURE

Del otro lado grand prix du Fifac, Wani prix du public

Samuel ZRALOS
Sur la scène du Fifac, le jury s'apprête à remettre les prix de l'édition 2022.
Sur la scène du Fifac, le jury s'apprête à remettre les prix de l'édition 2022. • SZ

La quatrième édition du festival international du film documentaire Amazonie-Caraïbes s'est terminée hier soir, avec la diffusion de Del otro lado, qui remporte le grand prix cette année.

 Profitant du retour du beau temps, le public s'est déplacé en nombre pour assister à l'annonce du palmarès du Fifac 2022, ce samedi soir au camp de la transportation de Saint-Laurent du Maroni. Après le cocktail, place d'abord aux traditionnels discours de remerciements. C'est Renée-Lise Briquet, adjointe à la culture, qui ouvre la cérémonie de clôture du Fifac, suivie du représentant de France Télévisions et des divers officiels.


Ces formalités passées, place au plat de résistance, introduit par Édouard Montoute, encore « stupéfait de la qualité des films, de la façon de panser les plaies à travers le cinéma » des œuvres en compétition. Le président du jury salue aussi avec humour le camp lui même, un « site magnifique, mystique où on a réussi tous les jours à s'évader ». Chacun leur tour, les 22 jurés lycéens et les six membres du jury principal présentent leurs choix de l'année, à commencer par les plus jeunes qui ont primé Vai Cavalo d'Harold Grenouilleau et Vincent Rimbaux. Un choix « pas facile » qui se porte donc sur un film parlant d'adolescents du Brésil.
Wani, Abisal et Ninos de las Brisas honorés

Le prix du public revient lui logiquement à Wani, seul long métrage guyanais en compétition. Au micro de France-Guyane, son réalisateur Kerth Agouinti se dit « très ému » de cette récompense. Surtout, lui qui a découvert en présentant son œuvre que « certains sur le littoral ne connaissent pas leur culture » est « très fier » de la faire découvrir par son travail. Il repart du Fifac toujours convaincu de vouloir faire du cinéma son « métier, petit à petit », fort d'un projet en cours d'écriture sur la vie d'un célèbre chanteur du fleuve Maroni.

Place ensuite au prix du court métrage documentaire, décerné à Abisal, du cubain Alejandro Alonso et au prix du meilleur contenu digital, remporté par Ciclo de Carga de Daniel Martinez et Quintanilla Pérez, oeuvre forte qui raconte « 400 ans d'exploitation de l'homme par l'homme », comme commente un membre du jury.

Retour aux longs métrages avec les deux derniers prix. Décerné à l'unanimité, le prix du jury revient à Ninos de las Brisas, hommage à la jeunesse vénézuélienne, fruit de près dix ans de travail de la réalisatrice Marianela Maldonado. Enfin, le grand prix, doté de 4000 euros en plus de la belle statuette à nouveau fabriquée cette année par André von Bree vient célébrer Del otro lado de Ivan Guarnizo, documentaire entre intime et histoire de la Colombie, qui semble avoir également fait l'unanimité dans le public présent.
« Comprendre le monde à travers le cinéma »

Présent au Fifac, le réalisateur affiche lui aussi cette émotion. D'une part car c'est la première fois que son œuvre est diffusée en Amazonie, d'autre part pour les rencontres issues de ses quatre jours dans la capitale de l'ouest. « C'est une conversation avec tous ces gens qui m'a fait me rendre compte de tout le parcours effectué », nous confie-t-il, encore saisi de l'excitation de la récompense. Après ce film sur l'enlèvement de sa mère par les Farc, il entend partir sur les traces de sa soeur, elle même cinéaste et disparue en 1985 dans une éruption volcanique qui a fait « 23000 morts en une nuit ». Une continuité dans sa quête d'explications car « la meilleure manière de comprendre le monde c'est pour [lui] à travers le cinéma ».

Il est à présent 21h, le public se rassoit pour assister à la projection du vainqueur. Au sein des équipes, la fatigue se fait quelque peu visible, mais l'excitation est encore palpable. Malgré la pluie qui aura divisé par deux la fréquentation mercredi et jeudi, le Fifac 2022 se termine en beauté.