Danses Métisses : trois jours pour clôturer la 18e édition !
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !
FESTIVAL

Danses Métisses : trois jours pour clôturer la 18e édition !

rédaction web
Durant trois soirs à partir de ce vendredi soir, c’est un melting-pot d’expressions artistiques qui symbolise ce festival international des Danses Métisses que les amateurs.
Durant trois soirs à partir de ce vendredi soir, c’est un melting-pot d’expressions artistiques qui symbolise ce festival international des Danses Métisses que les amateurs. • D.R

La 18e édition des Rencontres de Danses Métisses clôture ses portes ce dimanche 4 décembre. Après avoir sillonné plusieurs communes du littoral, le festival est de retour ce soir à l’EncRe pour des spectacles à couper le souffle…. comme à l’accoutumée. Tour d’horizon de ce qui vous attend, avec notamment deux spectacles par le ballet de l’Opéra National de Paris.

Devenue un festival de référence aujourd’hui à l’international, et comme chaque année, le programme est éclectique. Débuté le 24 novembre dernier, Norma Claire, à l’initiative de ce festival a voulu donner une place importante aux danseurs et danseuses guyanais. « Il y a une génération qui monte en puissance aussi bien dans la création comme dans la professionnalisation » déclarait la directrice de Touka Danses- Centre de Développement chorégraphique de Guyane.

Durant trois soirs à partir de ce vendredi soir, c’est un melting-pot d’expressions artistiques qui symbolise ce festival international des Danses Métisses que les amateurs.

 

Entre cirque et danse, prenons une dose de danse attitude

Vendredi à 19 h, c’est le chorégraphe Bouba Landrille Tchouda qui prend possession du parquet avec le spectacle « Tête d’affiche ».
« Une file d’attente composée de corps solitaires, névrosés, fantomatiques. Bouba Landrille Tchouda propose une réflexion sur la complexité et la difficulté des rapports humains. Ceux qui font qu’en dehors de chez soi, on est « en mode guerre », bouillonnant, sous tension. Chacun représente « un danger potentiel » pour autrui. Il observe, partagé entre empathie et ironie rieuse, la quête d’identité individuelle forcenée et ses différentes manifestations, du besoin inné de séduction à la compétitivité exacerbée, en passant par la nécessaire mise à nu et les risques qu’elle induit ». Source : Malka.

Se poursuivent, « Point zéro » du chorégraphe Amala Dianor, mais avant le public appréciera sans doute cette danse mêlant le cirque à la danse « Nos fardos ».

En deuxième partie de soirée, à partir de 21h30, le public pourra découvrir entre autres deux spectacles guyanais avec Michelda Lelien, suivi d’un trio avec Gladys Demba.

L’Opéra National de Paris clôturera la soirée avec « Au fil du temps » et Rencontre ».


Samedi, c’est le handicap qui s’invite au festival avec la création « woman’s, deux femmes (pas) comme les autres » sans oublier le solo « Amour Inconstant » de la Guyanaise Lee Wei Faham.

Et dimanche, le festival sera marqué avec notamment « Taputa » du chorégraphe guyanais Amala Dianor, assisté par Mathias Rassin.

Le programme complet est à retrouver sur le site de la Cie Touka Danses.

INFORMATIONS ET RENSEIGNEMENTS :

Le programme complet ainsi que les tarifs sont à retrouver en ligne sur le site de touka-danses. Les spectacles à l’Encre : Prévente : 12 euros / réduit : 5 euros. PASS 2 séances : 21 euros / réduit : 9 euros. Sur place : 15 euros / réduit : 7 euros. Téléphone : 0694 38 11 11 / 0594 28 27 03. A noter que les trois soirs de l’EnCre affichent toujours complet, il fauda s’y prendre à l’avance.

Dans le reste de l’agenda :

Vendredi 02 décembre Cayenne Marché des arts de l’artisanat. Brocante de noël et fête du boudin. Au programme, prestations musicales avec Orlane Jadfard et Pa Gain Nom, Cheri Groov, groupe LL’S. Les festivités se poursuivent samedi avec la fête du boudin (concours), et prestations musicales…