France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
Guadeloupe

Un nouveau palais de justice ultramoderne

Valérie DURU Mardi 23 octobre 2018
Un nouveau palais de justice ultramoderne
(Roberto Birhus)

Le nouveau palais de justice de Pointe-à-Pitre a accueilli ses premières audiences hier. Il impressionne par sa taille. Visite guidée avec la présidente du tribunal de grande instance (TGI), Béatrice Blanc, et le procureur de la République, Xavier Bonhomme.

La construction du nouveau palais de justice de Pointe-à-Pitre, en Guadeloupe, André Aigle, directeur principal de greffe, en entendait parler depuis sa prise de fonction, « il y a vingt-trois ans » . Ce vieux projet est aujourd'hui sorti de terre. La nouvelle cité judiciaire pointoise se dresse derrière la sous-préfecture, là où se trouvait l'ancienne maison d'arrêt, sur six niveaux avec parking (pour le personnel du palais).
Elle impressionne par sa taille : 6 000 m2. C'est trois fois plus que le palais historique de la place Gourbeyre. Hier, elle accueillait ses premières audiences. Visite guidée avec la présidente du tribunal de grande instance de Pointe-à-Pitre, Béatrice Blanc, et le procureur de la République, Xavier Bonhomme.
UNE JUSTICE ACCESSIBLE POUR TOUS
Elle commence par l'accueil, où il n'y a pas un, mais cinq guichets : A, B et C pour l'ensemble des usagers ; D pour les partenaires de justice (avocats, enquêteurs, experts...) et E pour les personnes à mobilité réduite. Les guichets sont également équipés pour les personnes malentendantes. Et il y a des box de confidentialité, pour recevoir les justiciables en toute discrétion. Cet accueil est pleinement opérationnel à compter d'aujourd'hui. « Le Sauj, c'est le coeur du tribunal » , explique Béatrice Blanc (lire ci-contre).
La visite se poursuit dans la grande salle des pas perdus, puis dans les salles d'audience.
Trois au rez-de-chaussée, quatre à l'étage, dotées des tous derniers équipements technologiques (matériel de vidéoconférence, de sonorisation, wifi...). Il y a même un écran à l'entrée de chaque salle. « Qui indique quelle audience s'y tient et quelles affaires sont traitées. » Les salles du bas, les plus grandes, sont réservées aux audiences correctionnelles. « Il y a un box fermé et un autre semi-ouvert » , montre le procureur, qui explique que des circuits permettent aux détenus d'arriver des geôles sans jamais entrer en contact avec le public. « C'est totalement sécurisé. » Une sécurité encore renforcée partout un système decaméras, installées à l'intérieur et à l'extérieur du palais de justice et reliées à un PC, situé près de l'accueil.
La visite s'est poursuivie à l'étage, dans les autres salles d'audience et des bureaux... La présidente du TGI insiste sur la qualité des matériaux utilisés. Bois et pierre. « Je n'ai jamais été dans un palais aussi beau. »
(Roberto Birhus)
Les premières audiences ont débuté hier au nouveau palais de justice de Pointe-à-Pitre, avec des comparutions immédiates. En médaillon, Béatrice Blanc, présidente du tribunal et Xavier Bonhomme, procureur de la République (Roberto Birhus)
Du matériel de sonorisation, des systèmes de vidéo-surveillance... La justice pontoise est entrée dans le XXIe siècle. (Roberto Birhus)
Un écran à l'entrée de chaque salle indique quelle audience s'y tient.
EN CHIFFRES 27
27 millions d'euros. C'est ce qu'a coûté le nouveau palais de justice. Le chantier, lancé en 2016, a duré 31 mois. Le déménagement, qui a commencé il y a quinze jours, s'est terminé les 13 et 14 octobre. Aujourd'hui, il accueille ses premières audiences.
À SAVOIR - Le service d'accueil unique du justifiable
Le service d'accueil unique du justiciable (Sauj) facilite les démarches.
« Avant, un justiciable devait aller systématiquement vers la juridiction concernée quand il avait une question. Le tribunal d'instance, le conseil des prud'hommes..., explique Philip Rennela, greffier fonctionnel et chef de service. Au Sauj, il trouvera tous les renseignements juridictionnels. »
Le Sauj délivre des informations sur les procédures, d'une manière globale. Il peut également donner des informations personnelles aux usagers, sur les procédures en cours les concernant (date d'audience, de renvoi ou de délibéré par exemple). Il peut aussi réceptionner des demandes et des pièces justificatives, même des plaintes, et les transmettre aux juridictions compétentes.
Accueil de 8 heures à midi et de 14 à 17 heures.
ZOOM - Toutes les juridictions réunies ou presque...
150 personnes travaillent à la cité judiciaire, dont 80 fonctionnaires, 28 magistrats du siège et 11 du parquet. Pratiquement toutes les juridictions sont réunies sur ce site à l'exception du tribunal mixte de commerce, du tribunal d'instance et du conseil des prud'hommes. Le projet, c'est de les réunir, à terme, dans l'ancien palais historique, après rénovation. Le projet est à l'étude.
Un travail de groupe
Architecte, magistrats, fonctionnaires... Tous ont travaillé ensemble pour que le nouveau palais soit le plus sécurisé et fonctionnel possible.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
L'info en continu
1/3