France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Rallye du Suriname : six 4x4 de Guyane à l’assaut

Sébastien Roselé Mardi 5 Novembre 2013 - 16h58

Quinze Français partiront de Guyane pour participer au « Savanne Rally » qui se déroule au Suriname du 8 au 11 novembre. Une course où le but n’est pas de rouler le plus vite possible mais de bien naviguer.

C’était il y a trois ans. Mais Ludovic s’en souvient comme si c’était hier. « J’ai percuté un 4x4 qui était devant moi. Avec le nuage de poussière, je ne l’avais pas vu. J’ai été secouru très vite. » Ludovic est un des quinze membres de la délégation française qui participera, embarquée dans six véhicules tout terrain, au Savanne Rally au Suriname (lire ci-contre).

Un rallye, aux dires de ceux qui l’ont déjà fait, «très bien organisé ». L’accident de Ludovic l’illustre : même en pleine forêt, loin de tout, les secours gardent un œil sur les concurrents et viennent les aider en cas de problème. Comme aime à le dire Gilles Logelin, le responsable de la délégation française, le Savanne Rally, « c’est le contraire du Paris-Dakar ». D’abord parce qu’il ne faut pas des moyens financiers extravagants pour y participer. Ensuite, comme il s’agit d’une course d’orientation, ce n’est pas le plus rapide qui gagne. Mais celui qui a bien analysé le plan de course présenté sous forme de « rébus ».

Étant donné la nature de la course, les six équipages français ne se sont pas entraînés à la manœuvre de 4x4. Quelques réunions techniques ont suffi. Certains, comme Gilles ou Ludovic, sont plus expérimentés. Cette année, ce sera la cinquième fois qu’ils participent au rallye. Pour les autres, ce sera une première. À l’exception de Jean-Philippe, le doyen, qui en est à sa sixième. Mais tous ont un point commun : ils vivent en Guyane.
Ultra-populaire de l’autre côté du Maroni 
Et dire que cette course, ultra-populaire de l’autre côté du Maroni est complètement inconnue en Guyane alors même qu’elle y a vu le jour. Rodolphe Alexandre, président de la Région imagine que le départ pourrait se faire depuis la Guyane dans un an ou deux. «L’idée continue de germer dit l’intéressé qui s’est rendu au Suriname pour les deux précédentes éditions du rallye. Il y a de fortes attentes côté surinamais. Il faut trouver quelqu’un qui monte l’opération. »

En attendant, l’équipe de France lance un appel aux compatriotes qui seraient de passage à Paramaribo. « Le défilé des nations a lieu vendredi 8 novembre à 19 heures sur la place du Palais-Présidentiel, explique Gilles Logelin. Tous les Français présents peuvent défiler avec nous, sous le drapeau. » Les tricolores se sont choisis une devise : « A bridge before the bridge ». « Un pont avant le pont », celui qui pourrait un jour être construit entre le Suriname et la Guyane. Si un jour la course s’élance d’ici, les Surinamais pourraient reprendre la devise, croit savoir Gilles Logelin.
 
 
Une course de navigation automobile née en Guyane
 
C’est en 1970 que la première édition de ce qui deviendrait ensuite le « Savanne Rally » (le Rallye savane) voit le jour. À l’époque, le Suriname est encore un territoire néerlandais. Des militaires du pays décident de rallier Cayenne à Paramaribo en véhicule tout terrain. La course est en ce début des années soixante-dix littéralement épique. Car tous les fleuves ou presque qui se trouvent sur le chemin doivent être traversés en bac. Et la route n’est qu’une piste de latérite.

La course Cayenne — Paramaribo a duré trois ans. Elle a fini par ne plus avoir lieu qu’au Suriname, tombant complètement dans l’oubli de ce côté-ci du Maroni. Pourtant, chez nos voisins, elle est une véritable institution suivie par de nombreux médias alors même que, guerre civile oblige, elle n’a pas eu lieu plusieurs années de suite.

Une centaine de voitures sont en lice pour l’édition 2013. Quinze participants, répartis en six 4x4, composent l’équipe de France. Tous viennent de Guyane. Pour Gilles Logelin, « team leader », autrement dit chef de cette équipe de France, le « Savanne Rallye » est « le parfait contraire du Paris-Dakar. Il ne s’agit pas là d’aller le plus vite possible, bien au contraire. Chaque matin, les équipages reçoivent un « road book » avec les points par lesquels ils doivent passer. Ces points sont décrits sous forme d’énigme. C’est au navigateur de trouver le chemin le plus court pour relier tous les points. Un temps est imparti pour faire le trajet. Si l’on va trop vite ou trop lentement, on prend des pénalités. Pareil, si on ne passe pas par les points désignés. Le gagnant est celui qui, à la fin de la course, aura pris le moins de points.
 
 
 
Où et quand ?
Le « Savanne Rally » 2013
Défilé des nations, vendredi 8 novembre à 19 heures sur la place du Palais-Présidentiel de Paramaribo. Le premier départ se fera à 21 heures. Les suivants toutes les minutes. La course se termine lundi 11 novembre, dans l’après-midi. La remise des prix aura lieu mercredi 13, au soir. Les internautes pourront suivre l’équipe de France sur son site (http://francaisencourseausuriname2011.blogspot.fr) et l'ensemble de la course sur les sites Internet des télévisions surinamaises, notamment sur www.apintie.sr.
 
 


Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

Stephane.berger 17.08.2014
Gilles logelin

Gilles est un tres bon ami mais j ai perdu son contact en 2000. Merci de lui transmettre mon e mail et message svp

Répondre Signaler au modérateur