En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Le DAL se fait entendre devant la préfecture

A.S-M Vendredi 1 Mars 2013 - 16h11

Afficher toutes les miniatures
150 personnes se sont rassemblées ce matin devant la préfecture au cri de "Un toit, c'est un droit" et de "Démolisiyons, nou bon ké sa. Expilsiyons, nou bon ké sa !"

Très bruyants, ils répondaient à l'appel du Dal (droit au logement) et son représentant en Guyane, l'association Bloublou fini pour réclamer l'arrêt des expulsions et la réhabilitation des logements insalubres.

En tête de cortège, Jean-Baptiste Eyraud, porte-parole national du Dal, concluait ainsi une semaine de visite en Guyane. Il a été reçu en préfecture en compagnie de Marius Florella, président de Bloublou fini.

Ils ont demandé un moratoire sur les expulsions et démolitions, des relogements d'urgence, la viabilisation des quartiers insalubres en attendant les RHI (programmes de résorption de l'habitat insalubre, ndlr), un plan d'urgence pour l'accès à l'eau, l'électricité et le téléphone, et la mise à disposition de terrains constructibles par l'État. Il a été acté que des réunions seraient organisées quartier par quartier pour faire le point sur les différentes situations.

• Plus de détails dans votre édition de demain

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

mite973 04.03.2013

Je pense que c'était toute une population étrangère qui défilait pour avoir des logements. Ils avaient donné aux Guyanais quelque chose à tenir pour réclamer. Ils n'ont qu'à réclamer aux élus de leurs pays des logements, ils n'auront même pas eu le temps de défiler qu'ils seraient déjà en prison ou ailleurs. Alors qu'ils n'emmerdent pas la Guyane et les Guyanais car au lieu de les aimer, ils seront de plus en plus rejeter. Que l'état commence à donner aux Guyanais leurs terres, déjà aux moins riches pour avoir un bien terrien.

Répondre Signaler au modérateur