France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

L'électricité guyanaise fortement subventionnée

Kerwin ALCIDE Mardi 22 avril 2014
EDF milite pour la construction d'un deuxième barrage hydraulique en Guyane (DR)

Grâce à l'intervention de l'État au travers d'une péréquation, les clients guyanais paient l'électricité au même prix qu'ailleurs, mais en dessous des véritables coûts de production.

Certains l'appellent le paradoxe EDF! Alors que l'entreprise écoule sur le marché guyanais la totalité de sa production, y compris celle des autres fournisseurs locaux, elle continue à perdre de l'argent. Un paradoxe mais pas que ça, quand l'électricité consommée est très subventionnée... par l'État. Une aide financière qui n'est pas propre aux départements d'Outre-mer, rassure Jean-Philippe Biava, directeur d'EDF Guyane. Au début des années 2000, l'État a instauré une Contribution au service public de l'électricité (CSPE) qui est un prélèvement destiné à dédommager les opérateurs des surcoûts engendrés par les obligations qui leur sont imposées dans le cadre du service public.
L'État s'est ainsi engagé à compenser la différence entre le coût de production et le prix payé par les clients. « Tout le monde doit payer le même prix quel que soit l'endroit où il se trouve » , explique le directeur d'EDF. Un prix estimé à 11 centimes d'euros par kilowatt/heure que l'on se trouve au pied d'une centrale nucléaire ou très éloigné des moyens de production.
UNE AUGMENTATION PROGRESSIVE DE TARIF
Mais ces dernières années, avec l'augmentation de la consommation et l'avènement de l'énergie solaire - rachetée à 60 centimes mais vendue à 11 -, le compte qui alimente la CSPE n'a eu cesse de se vider. On parle d'une augmentation de 5 à 6 milliards d'euros par an pour répondre aux demandes. Pour compenser cette hausse, l'État a décidé d'augmenter de 15% le tarif réglementé de l'électricité. Une première hausse de 5% est intervenue le 1er août dernier, une deuxième aura lieu en août 2014, et la dernière, à la même date en 2015. C'est le prix à payer pour que cette péréquation survive. Car sans la CSPE, les factures s'envoleraient. Les Guyanais verraient leur facture d'électricité tripler.
Pour produire l'électricité consommée dans le département, EDF dépense 170 millions d'euros dont 60 rien que dans l'achat de combustibles. Or, l'entreprise ne récolte que 70 millions auprès de la clientèle. C'est la CSPE qui compense les 100 millions manquants.
Jean-Philippe Biava estime que le coût réel du kilowatt/heure en Guyane se situe entre 13 et 14 centimes. Mais il n'est pas exclu que la source « CSPE » se tarisse un jour car les gouvernements successifs ne pourront pas augmenter indéfiniment le tarif réglementaire sans se rendre impopulaires. « Il est urgent de décider » , confie le directeur d'EDF, faisant référence aux débats menés mercredi à la Région sur l'opportunité de réaliser un deuxième barrage hydraulique. Le prochain barrage pourra, si la décision est prise, se trouver sur l'Approuage ou la Mana. Et en fonction de sa puissance et des investissements consentis, ce barrage pourrait permettre à la Guyane d'être moins dépendante de la CSPE. « C'est important surtout quand on parle d'indépendance énergétique » , ajoute Jean-Philippe Biava. Il indique que si aucune décision n'est prise, d'ici à 2030, la Guyane pourrait consommer jusqu'à 300 millions d'euros par an de CSPE.
REPÈRES
UNE PÉRÉQUATION POUR LES DOM
À la fin des années 1970, une péréquation des tarifs au bénéfice des départements d'Outre-mer avait été instaurée en raison du coût de production beaucoup plus élevé dans ces départements que dans l'Hexagone.
Le gouvernement a imposé à EDF d'appliquer les mêmes tarifs qu'en France, sans compensation du fait du monopole dont jouissait alors EDF et de son caractère d'entreprise publique.
EN ALLEMAGNE, LE JUSTE PRIX
Dépourvus d'un système de péréquation comme en France, les Allemands paient l'électricité à son juste prix, c'est-à-dire aux alentours de 25 centimes le kilowatt/heure. Grâce au nucléaire, la France dispose d'un coût de production moins élevé qu'en Allemagne.
Alors pour éviter des factures trop salées, les Allemands ont développé des pratiques intéressantes. Ils surveillent avec plus d'acuité leur consommation et ont développé la notion « d'auto-production » . Ils se sont équipés de panneaux solaires avec lesquels ils alimentent leur maison.
LA CSPE A D'AUTRES FONCTIONS
La Contribution au service public de l'électricité ne sert pas uniquement à dédommager EDF puisqu'elle finance également les aspects sociaux de la fourniture d'électricité, notamment les tarifs de première nécessité. Ce droit, sous condition de ressources, permet d'obtenir une réduction sur l'abonnement et sur la consommation d'électricité.
LE CHIFFRE
60 560 clients sont raccordés « officiellement » au réseau EDF Guyane et 2 300 sont situés dans les communes de l'intérieur. Ces communes, en dehors de Saül où il y a du photovoltaïque, sont essentiellement alimentées par des moyens de production thermique. EDF Guyane dispose d'un réseau électrique de 2 627 km.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire