[RETRO 2021] Suriname: Une année mouvementée entre incertitudes et espoir
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !
CHEZ NOS VOISINS

[RETRO 2021] Suriname: Une année mouvementée entre incertitudes et espoir

Éric GERNEZ, à Paramaribo

Après des fêtes 2020 très moroses pour raison de Covid et de crise économique, le Suriname avait commencé la nouvelle année avec beaucoup d’interrogations quant à l’avenir. Retour sur quelques faits marquants.

Janvier

Total et son partenaire Apache annoncent avec enthousiasme la découverte de pétrole au large du Suriname. La découverte, disent-ils, confirme celles de l’an passé. Belle nouvelle qui a réjoui les acteurs économiques au moment de l’annonce. Aujourd’hui, Total est beaucoup plus discret sur les résultats de ses forages. Entre discrétion stratégique et modestie, il est difficile de faire la part des choses. L’opérateur national, Staatsolie, reste lui confiant.
Février

Suriname et Guyana annoncent leur intention de construire un pont afin d’unir les deux pays par voie routière. Cet axe va désenclaver le Suriname par l’ouest. La voie Georgetown/Boa Vista est, en effet, en cours d’achèvement et la route sera ouverte vers le Brésil, en particulier la zone industrielle de Manaus. Des entreprises de trente pays ont répondu à l’appel d’offres.

À l’heure actuelle, il semble que l’on s’oriente vers la construction par les Chinois, d’un pont semi-flottant. Les travaux qui n’ont pas commencé devraient durer deux ans.
Mars

Le gouvernement signe un important accord de 1,2 milliard de dollars avec la société danoise HPSG pour la construction d'une grande centrale à hydrogène accompagnée d’une centrale électrique de 100 mégawatts. Le système devrait être opérationnel