Brésil : Bolsonaro condamné à payer 4,2 millions de dollars après sa plainte pour modifier le résultat de l'élection présidentielle
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !

Brésil : Bolsonaro condamné à payer 4,2 millions de dollars après sa plainte pour modifier le résultat de l'élection présidentielle

La rédaction avec La Dépêche du midi
BRAZIL-ELECTION-BOLSONARO
Le président brésilien Jair Bolsonaro lit sa première déclaration post campagne plusieurs jours après l'élection, depuis le palais présidentiel de l'Alvorade à Brasilia, la capitale de notre voisin brésilien. Photo by EVARISTO SA / AFP • AFP • AFP

Le parti libéral qui avait investi  Jair Bolsonaro à la dernière présidentielle au Brésil s'est vu infliger une amende de plus de 4 millions d'euros après sa tentative d'annuler les voix issues d'urnes électroniques.

Le Parti Libéral (PL), formation politique qui a investi Jair Bolsonaro lors de la dernière campagne présidentielle au Brésil perdue contre l'ancien président travailliste Lula, a écopé d'une amende d'environ 4,2 millions de dollars suite à sa plainte visant à modifier le résultat de l'élection présidentielle brésilienne du 30 octobre. Le résultat était serré Lula ne l'emportant de moins d'un point (50,9%).

Le PL, qui a obtenu le plus grand nombre de députés et sénateurs à l'issue des législatives, estime que le "mauvais fonctionnement" de cinq modèles d'urnes électroniques "remet en cause la transparence du processus électoral". Ces urnes datent d'avant 2020, a aussi soutenu le PL.

Le parti a en conséquence porté plainte mardi 22 novembre et demandé "l'invalidation des voix provenant des urnes électroniques pour lesquelles des dysfonctionnements insurmontables ont été mis au jour, et d'en tirer les conséquences juridiques pour les résultats du second tour".

Une plainte de "Mauvaise foi"

Le président du Tribunal supérieur électoral (TSE), Alexandre de Moraes, a estimé que la plainte déposée par le (PL) était de "mauvaise foi", selon un communiqué. Le jugement a souligné "l'absence de preuves et de circonstances justifiant la mise en place d'une vérification extraordinaire" des quelque 280 000 urnes électroniques utilisées lors du scrutin présidentiel.

Les arguments présentés par le PL sont "absolument faux", a estimé Alexandre de Moraes, et la demande "ostensiblement offensante pour l'Etat de droit démocratique et faite de manière incohérente, dans le but d'encourager les mouvements criminels et antidémocratiques".

BRAZIL-ELECTION-PROTEST-BLOCKADE
La police fédérale des autoroutes (PRF) tente de disperser les supporters du président Jair Bolsonaro sur la BR 116 à Novo Hamburgo, Rio Grande do Sul State, début novembre. La plupart des autoroutes étaient bloquées par les soutiens du président d'extrême droite. La PRF a comptabilisé 250 routes bloquées partiellement ou totalement dans au moins 23 états. Plusieurs vols internationaux en partance de Sao Paulo avaient été annulés.  (Photo by Silvio AVILA / AFP) • AFP • AFP

Ces mouvements se sont manifestés par des "menaces et des violences graves" lors de blocages de routes dans tout le pays, juge le président du TSE. Dans les quelques jours après la victoire de Lula, plusieurs milliers de manifestants avaient en effet bloqué plusieurs villes et demandé l'intervention de l'armée, sans succès.

Bolsonaro a pour sa part pratiquement disparu de la vie publique, n'intervenant qu'à de rares occasions et ayant entamé le processus de transition électorale.