Vague de départs au CFA de Matiti
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !
CFA et CFPPA de Matiti

Vague de départs au CFA de Matiti

Nancy LAFINE, n.lafine@agmedias.fr
À la fin de l'année scolaire 2021-2022, le CFA-CFPPA de Matiti a dû faire face à une vague de départ.
À la fin de l'année scolaire 2021-2022, le CFA-CFPPA de Matiti a dû faire face à une vague de départ. • CAPTURE D'ÉCRAN

 Le nombre de départs explose au CFA-CFPPA de Matiti. Le personnel y voit la preuve d’un immense problème de gestion et management au sein de la direction. La hiérarchie a une explication toute différente.

 À la fin de l’année scolaire 2021-2022, 13 employés des centres de formation de Matiti ont décidé de jeter l’éponge. « Les départs représentent près de 70% de l’ensemble du personnel. Un problème récurrent depuis environ 3 ans, car quand on regarde les chiffres, avant ce n’était pas comme ça » s’alarme un agent des établissements, qui a souhaité garder l’anonymat.

En tout, il y a eu 13 départs sur 19 salariés : soit 5 personnels administratifs partis pour 1 restant, et 8 formateurs partis pour 5 qui sont restés.
 
Pourquoi tant de départs ?
Pour cet ancien employé, qui lui aussi a décidé de garder l’anonymat, la réponse est claire : « Les conditions de travail n’étaient pas et ne sont pas acceptables ! Quand je suis arrivé, j’ai pu constater qu’il y avait plusieurs dysfonctionnements importants et un retard dans le travail qui datait facilement de 2-3 ans. Il manquait du matériel pour mettre en place des formations et des aménagements. Les équipements : tracteurs, débroussailleuses… étaient soit abimés, soit obsolètes. Il manquait parfois de EPI (équipement de protection individuelle) : casques, gants… qui sont règlementaires et absolument nécessaires dans ces secteurs. La liste est longue. Malgré les nombreuses demandes, lettres, signalements des formateurs et des coordinateurs de filières, rien ne se faisait ».

« Il y a également un gros problème de management. Le blocage se fait au niveau de la direction qui, pour des raisons inconnues, ne fait pas le travail. De même, il y a des promesses du directeur concernant l’ouverture de formations qui ne se font pas, car il ne suffit pas de serrer des mains à droite, à gauche pour ouvrir une formation ! On se retrouve donc avec une offre présente sur le site web de l’établissement, qui en réalité ne voit jamais le jour, car rien n’est mis en œuvre pour que ça se passe. Je vous passe les détails sur les histoires de copinage, de non-règlement de frais, de problèmes sur les paies de fin de contrat et autres. Comment imaginer qu’un prof se retrouve à mettre de l’essence à ses frais dans une débroussailleuse pour faire cours ! »

La direction réfute
Contacté ce jeudi par téléphone, Daniel Lecouviour, directeur de l’EPLEFPA (Établissement public local d'enseignement et de formation professionnelle agricole), dont dépendent le CFA et CFPPA de Matiti, évoque de son coté des départs « normaux ». Selon lui, ces départs s’expliquent donc tout simplement par « les échéances de la vie ».

« On a proposé à quasi tous les agents de renouveler leur contrat chez nous, et ce sont eux qui ont décidé de ne pas y donner suite. Des départs il y en a tout le temps ! Dans l’enseignement, il y a un turn-over important et le CFA- CFPPA n’y échappe pas. De plus, la localisation géographique de Matiti n’aide sans doute pas à conserver le personnel, ni même à en trouver facilement ».

Concernant les éventuels problèmes liés à la direction du CFA de Matiti, Daniel Lecouviour, affirme que « des mesures ont été prises ».

« Toute l’année dernière on a eu à gérer les contestations du personnel concernant le management de la direction de Matiti. Des outils ont été mis en place pour justement y remédier et épauler le directeur du centre de formation !  Il a eu des problèmes sur le versement de la prime de précarité qui a été mise en place au 1er janvier 2021, pour les agents de la fonction publique. Le nécessaire a été fait et si ce n’est pas encore le cas, il sera fait rapidement ».