Mont-Baduel : une partie du quartier d'habitat spontané sera évacuée à la fin du mois
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !

Mont-Baduel : une partie du quartier d'habitat spontané sera évacuée à la fin du mois

Samuel Reffé (s.reffe@agmedias.fr)

 Une partie des habitants du "squat" du Mont-Baduel a été informée de l'évacuation prochaine, par la force publique, de 38 familles en raison des risques géologiques. Le milieu associatif et la CTG travaillent "de concert" afin d'esquisser des solutions de relogement.

Vendredi 11 mars, l'association du Mont-Baduel réunissait à nouveau les habitants pour les informer de l'opération prévue fin mars. © S.R.

Le Mont-Baduel s'étend de la route de Raban au chemin de la source de Baduel. © S.R.

Shoubou Beynold-Raymond, président de l'association du Mont-Baduel. © S.R.

© S.R.

© S.R.

La réunion de dimanche, au cours de laquelle une délégation de la CTG a échangé avec les habitants. Zadkiel Saint-Orice, conseiller territorial, Olivier Taoumi, conseiller juridique de Gabriel Serville et Bernadette Duclona-Constant, 10 e vice-présidente en charge de la délégation "citoyenneté et vivre ensemble" accompagnaient le président de la CTG. © S.R.

Les réunions s’enchainent, mais l’objectif de l’opération du 24 mars n’est plus qu’un secret de polichinelle. A la fin du mois, la force publique va s’employer au délogement de 38 familles, soit environ 107 personnes, dans la zone d’habitat spontanée du Mont-Baduel. Habité de longue date, ce quartier informel tout en dénivelés s’étend du chemin de la source de Baduel aux terrasses de Raban.

Il y a cinq semaines de cela, le centre communal d’action sociale (CCAS) de la mairie de Cayenne menait à bien une enquête sociale, réclamée par la CTG, afin d’évaluer la situation des familles ainsi visées par l’avis d’expulsion. « L’objectif, c'est de trouver des solutions. Dans l’immédiat, il faut que les personnes acceptent de partir parce qu’il y a un vrai danger de glissement de terrain. » a notamment déclaré Gabriel Serville au cours d’une réunion – la troisième cette semaine-là – dans un hall du collège tout proche Justin Catayée le dimanche 13 mars.

Deux jours plus tôt, une trentaine d’habitants du quartier