Sébastien Lecornu : « Si la crise continue, on n’abandonnera personne »
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !
Les socioprofessionnels avec le ministre des Outre-mer

Sébastien Lecornu : « Si la crise continue, on n’abandonnera personne »

SH
La rencontre de ce matin avait lieu à la résidence préfectorale, peu avant le départ de Sébastien Lecournu pour Saint-Georges de l'Oyapock.
La rencontre de ce matin avait lieu à la résidence préfectorale, peu avant le départ de Sébastien Lecournu pour Saint-Georges de l'Oyapock. • PHOTO PRÉFECTURE DE GUAYNE

Arrivé hier avec le Premier ministre, Sébastien Lecornu, ministre des Outre-mer, a rencontré ce matin, à la résidence préfectorale, à Cayenne, les représentants du monde socioprofessionnel. Jean Castex, de passage éclair, n'avait pas eu l'occasion de les voir, la veille, avant de repartir vers Paris. Avant de s'envoler vers Saint-Georges, le représentant du gouvernement a tenté de rassurer son auditoire et de faire la promesse que personne ne sera abandonné en marge de la crise économique que vit aujourd'hui la Guyane, comme expliqué en marge de la réunion.

« Une fois que la Guyane sera déconfinée, est-ce que l’activité va redémarrer ? C'est aujourd'hui la vraie angoisse », rappelle Sébastien Lecornu, ministre des Outre-mer, qui rencontrait ce matin, à la résidence préfectorale, à Cayenne, les représentants du monde socioprofessionel. Ces derniers, un peu déçus de ne pas avoir pu transmettre, la veille, au Premier ministre, leurs craintes et leurs interrogations au chef du gourvernement ont pu néanmoins obtenir quelques réponses et autres confirmations auprès du nouveau locataire de la rue Oudinot (lire par ailleurs dans l'encadré). Et le ministre de faire la promesse, à la sortie de cette réunion que « si la crise continue, on n’abandonnera personne. »

Depuis le début de la crise sanitaire, les socioprofessionnels ont rapidement réagit face aux difficultés rencontrées par l'économie guyanaise. Leurs craintes face à cette situation avaient notamment été réitérées mercredi dernier lors d'une conférence publique au siège de la CCI (Chambre de commerce et d'industrie). Une réunion au cours de laquelle il avait été rappelé qu'un plan de relance, d'une dizaine de points, serait remis à la délégation gouvernementale lors de sa visite en Guyane.
Le fonds de solidarité confirmé
à 3 000 euros
« Pour aller mieux sur le terrain économique, il faut aussi qu’à un moment l’activité puisse redémarrer. Le préfet Latron a reçu des instructions très claires en la matière », a indiqué Sébastien Lecornu quelques minutes avant