L’hôpital de campagne est opérationnel
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !

L’hôpital de campagne est opérationnel

Hermann ROSE-ELIE

L’ESCRIM (Elément de Sécurité Civile Rapide d’Intervention Médiale) est en place, il va accueillir ses premiers patients dès ce dimanche non loin du Centre Hospitalier de Cayenne.

Des lits de camp militaires, les appareils d’un hôpital classique ainsi qu'une vingtaine de sapeurs-pompiers et professionnels de la sécurité civile sont donc en place pour prendre en charge des malades non atteints par le virus.
En place pour un mois au plus

C’est que cet Elément de Sécurité Civile Rapide d’intervention Médicale n’est pas équipé de l’installation lourde de réanimation qui permettrait d’accueillir les patients Covid qui nécessitent près de six semaines d’intubation selon le médecin chef de l’ESCRIM.

François Taupin explique que « cet hôpital de campagne restera en place une quinzaine de jours renouvelables avec une durée maximale d’un mois ».
Réaction des élus
Coup d’éclat lors de cette cérémonie officielle, la réaction du président de la Collectivité Territoriale de Guyane.

Rodolphe Alexandre dit ne pas être rassuré par ce seul ESCRIM : « tant que je ne verrai pas l’hôpital de type Mulhouse ici avec des lits et une capacité de réanimation supplémentaire, je ne serai pas rassuré ».

Le député Gabriel Serville estime que le fait que cette structure soit installée au sein même de l’hôpital de Cayenne, sera de nature à soulager le personnel déjà mis à rude épreuve.
Peut-être un hôpital de campagne dans l'Ouest ?
Autre constat l’épidémie circule de plus en plus dans l’ouest et sur l’éventualité d’installer un outil du même type à Saint-Laurent du Maroni Marc Del Grande, le Préfet de Guyane indique : « cette épidémie nous a réservé et nous réservera des surprises, nous nous adapterons naturellement à la situation si c’était nécessaire ».