Le service de radiologie de l’hôpital de Cayenne à l’heure du Covid-19
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !

Le service de radiologie de l’hôpital de Cayenne à l’heure du Covid-19

Angélique Gros
Esther Nerenhausen, manipulatrice radio au CHC, Jocya Samathy, cadre du service radiologie, Valérie Leclercq, formatrice en manipulation radio est venu en renfort en Guyane et le docteur Magaly Zappa, chef du service de radiologie
Esther Nerenhausen, manipulatrice radio au CHC, Jocya Samathy, cadre du service radiologie, Valérie Leclercq, formatrice en manipulation radio est venu en renfort en Guyane et le docteur Magaly Zappa, chef du service de radiologie • AG

Quatre mois après le début de la crise sanitaire, la pression n’a jamais été aussi forte sur les hôpitaux. Au Centre hospitalier de Cayenne, le service de radiologie tourne à plein régime et s’est réorganisé entièrement pour prendre en charge les patients Covid-19.

L’ensemble des services du Centre hospitalier de Cayenne (CHC) se sont réorganisés pour faire face à la crise sanitaire. Parmi eux, le service de radiologie, qui a un rôle clef dans la prise en charge du patient Covid-19. « Le scanner thoracique permet d’évaluer l’état de gravité du malade et l’étendue de ses lésions, explique le Dr Magaly Zappa, chef du service de radiologie au Centre hospitalier de Cayenne. Il va aussi permettre d’avoir une idée pronostic de l’évolution de la maladie et de rechercher d’éventuelles complications, comme des embolies pulmonaires. »

Praticienne hospitalière à Paris durant la crise Covid-19, le Dr Zappa a pris ses fonctions à Cayenne le 1er juillet. « En mars, on ne connaissait pas cette maladie. On a mis en place des protocoles très souples qu’on adaptait au fil des jours (…) Le fait d’avoir vécu cette situation à Paris permet de faire profiter la Guyane de l’expérience acquise. » La stratégie de gestion de la crise n’est cependant pas transposable telle quelle d’un territoire à l’autre, notamment au regard des moyens : « A Paris, on avait essayé d’organiser des centres Covid-19 et non Covid-19 pour la radiologie. Les cliniques privées prenaient en charge nos patients non-Covid-19 pour assurer la continuité des soins, notamment en cancérologie. » Alors que la Guyane ne dispose que de quatre scanners (un dans chacun des trois hôpitaux et un à la clinique Saint-Gabriel), cette organisation n’était pas possible.
26 juin : panne du scanner !
Afin de prendre en charge les patients Covid-19 tout en gérant la file active de patients non-covid-19,