Covid-19 : le privé au secours de l’hôpital
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !

Covid-19 : le privé au secours de l’hôpital

Propos recueillis par A.G.
Guylène Mergerie, directrice du groupe Guyane Santé,
Guylène Mergerie, directrice du groupe Guyane Santé, • DR

Délestage des patients en provenance du Centre hospitalier de Cayenne, prise en charge des patients Covid-19 en hospitalisation à domicile (HAD), impact de la crise sanitaire… Entretien avec Guylène Mergerie, directrice du groupe Guyane Santé, qui gère trois cliniques privées et un service d’HAD.

Comment le groupe Guyane Santé est-il associé à l’effort collectif en cette période de crise sanitaire ?
En premier lieu, il faut savoir qu’il y a vraiment une dynamique partenariale entre tous les acteurs de la santé en Guyane. On peut aussi compter sur des associations telle qu’Ebène qui contribue aux différentes filières en place. Il y a aussi l’Imed, Rainbow et le groupe SOS, qui font partie de l’ensemble des acteurs mobilisés au quotidien pour assurer des parcours fluides aux patients qui viennent du Centre hospitalier de Cayenne (CHC).
Pour ce qui concerne Guyane Santé, plusieurs conventions sont en place pour le délestage des patients, comme celle du service maternité. L’idée, c’est que les patientes qui présentent des grossesses sans pathologie associée soient délestées vers la clinique Saint-Gabriel (ex-Véronique). Depuis début juin, nous avons eu dix accouchements de patientes en provenance du CHC. Nous avons également une collaboration, toujours à Saint-Gabriel, avec le service de médecine-chirurgie. Depuis le 5 juin, l’Agence régionale de santé (ARS) nous a demandé d’arrêter notre activité programmée de bloc opératoire. Nous avons aussi arrêté la prise en charge en médecine car c’est une activité non-urgente. Ainsi, 25 lits d’hospitalisation ont été libérés. Depuis le début du partenariat, on a reçu une vingtaine de patients. Avec l’accord de l’ARS, ces lits ont été transformés en soins de suites et de réadaptation (SSR) polyvalent ce qui a permis de fermer le SSR polyvalent du CHC et de le transformer en unité Covid-19.
Pouvez-vous