« Nous devons rappeler aux Guyanais le sens des responsabilités. Nous devons pas tout attendre de Paris »
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !
Politique

« Nous devons rappeler aux Guyanais le sens des responsabilités. Nous devons pas tout attendre de Paris »

Gérôme GUITTEAU, g.guitteau@agmedias.fr
Philippe Bouba et Roger Aron, vice-président en charge de l'évolution statutaire encadrent Gabriel Serville lors de la conférence de presse, bilan du séjour parisien de l'exécutif guyanais, lundi 12 septembre en salle de commission permanente à Suzini.
Philippe Bouba et Roger Aron, vice-président en charge de l'évolution statutaire encadrent Gabriel Serville lors de la conférence de presse, bilan du séjour parisien de l'exécutif guyanais, lundi 12 septembre en salle de commission permanente à Suzini. • G. GUITTEAU

 Gabriel Serville, président de la collectivité territoriale a tenu une conférence de presse afin de dresser le bilan de son séjour parisien entre séances de travail, bruits de fourchettes élyséennes et engagement présidentiel en faveur du changement statutaire.

 Tout le cabinet présidentiel était présent ainsi que quelques élus afin de montrer l'importance de cette prise de parole présidentielle, lundi à 12h30 à Suzini. Une conférence pourtant décidée à la dernière minute.
 
«Je voulais montrer que la parole donnée à la population, il y a un an est respectée mais nous ne changerons pas les choses d'un coup de baguette magique. Le déplacement était plus que nécessaire. Il n'y a au final rien à glorifier. Je ne crie pas cocorico et je ne dis pas que tout est nominal, mais il y a eu de belles séances de travail et pas que des bruits de fourchettes et d'assiette », souligne Gabriel Serville, président de la Collectivité territoriale.

Ce dernier s'est entretenu 1h30 le mardi 6 septembre avec le ministre de l'intérieur et des Outre-mer, Gérald Darmanin et le ministre délégué aux Outre-mer, Jean-François Carenco. Un entretien durant lequel Gabriel Serville s'est arrêté longuement sur la question de l'insécurité et le cadre statutaire.

Puis le lendemain, avant le dîner républicain, les présidents des exécutifs ultramarins, signataires de l'appel de Fort-de-France ont échangé pendant un peu moins...