Dans quel état sont nos routes ? (Et combien de temps ça va durer)
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !
EXCLUSIF

Dans quel état sont nos routes ? (Et combien de temps ça va durer)

Propos recueillis par Pierre ROSSOVICH, p.rossovich@agmedias.fr
Zadkiel Saint-Orice, délégué aux infrastructures routières et aérodromes à la CTG
Zadkiel Saint-Orice, délégué aux infrastructures routières et aérodromes à la CTG

Cela fait un an qu’il a pris le dossier des routes départementales en main. Zadkiel Saint-Orice, délégué aux infrastructures routières et aérodromes à la CTG, fait le point pour vous.

On vous a connu comme citoyen engagé. Il y a un an, vous avez été élu à la CTG sur la liste de Gabriel Serville et êtes aujourd’hui délégué aux infrastructures routières et aérodromes. Comment avez-vous appréhendé cette mission ?

Avec beaucoup d’a priori. Déjà par rapport aux agents de ma délégation, ne sachant pas à quoi m’attendre. Finalement, les rencontres se sont très bien passées. Aujourd’hui, j’ai autour de moi des personnes de confiance. Il y a énormément de problèmes à gérer, mais ça me plait, car je suis en position de pouvoir agir. Lorsque j’ai rencontré les agents – il y en une centaine répartie sur deux régies – ils m’ont tous dit qu’ils leur manquaient un élu. Ils savent ce qu’ils ont à faire, mais il manquait une orientation, une vision. Les tâches quotidiennes étaient faites mais sans réel objectif à long terme. Je les rencontre régulièrement, surtout ceux situés à Saint-Laurent, on échange beaucoup et j’essaie de faire avancer les choses pour tout le monde.
L’état des routes est un problème qui occupe le quotidien des Guyanais. Avant d’être élu, vous-même passiez des coups de gueule à ce sujet sur les réseaux sociaux. Aujourd’hui, quelle est votre vision des choses ?

En arrivant, j’ai posé les mêmes questions que tout le monde se pose. On m’a tout expliqué et je suis allé sur le terrain avec les agents et les entreprises qui travaillent pour la Collectivité, pour vérifier et bien comprendre. Les explications permettent