Insécurité routière : la prise en charge des victimes
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !
DROIT DE SAVOIR

Insécurité routière : la prise en charge des victimes

Par Magali ROBO, avocat au barreau de Guyane, ancien Bâtonnier

Découvrez chaque semaine un sujet d’actualité du droit. Cette semaine, le deuxième volet de notre dossier sur l’insécurité routière, par Maître Magali Robo.

Dans un précédent article (lire notre édition du 28 octobre dernier), vous ont été présentées les différentes peines encourues par les auteurs d’infractions routières.

Ces sanctions dépendent des circonstances et de la gravité des faits reprochés.

Il convient de faire observer que les prévenus (auteurs à l’origine d’un accident) sont généralement poursuivis, s’il y a des victimes vivantes ou décédées, pour blessures involontaires et/ou homicide involontaire.


Ce dernier terme (involontaire) est d’une importance capitale pour des auteurs qui ont souvent l’impression d’avoir été au mauvais endroit, au mauvais moment.


Des prévenus qui pensent, régulièrement, être responsables sans avoir commis de fautes. En effet, le principe étant qu’on doit, en toutes circonstances, maîtriser son véhicule. Le code pénal parle d’inattention, d’imprudence et/ou de négligence.