Assignation à résidence dans l'affaire des jeunes braqueurs masqués
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !
JUSTICE

Assignation à résidence dans l'affaire des jeunes braqueurs masqués

G.T. (g.tringham@agmedias.fr)
Le braqueurs de ce gang étaient des mineurs. S'ils agissaient cagoulés, le meneur portait de son côté un masque de clown.
Le braqueurs de ce gang étaient des mineurs. S'ils agissaient cagoulés, le meneur portait de son côté un masque de clown. • SHUTTERSTOCK

Le 7 novembre dernier, six jeunes soupçonnés d'avoir commis plusieurs braquages à Kourou sont interpellés. Prévue cette semaine, la comparution du seul majeur du groupe a été renvoyée à l'année prochaine. Entre temps, il a été assigné à résidence avec surveillance électronique

Le 7 novembre marquait l'épilogue de nombreux mois d'enquête pour la brigade de recherches de Kourou. 

Une vingtaine de gendarmes sont mobilisés dans une opération qui aboutit à l'interpellation de six individus. Pendant leur garde à vue, ils expliquent en détail comment ils traquaient les victimes, se répartissent les rôles et partagent les objets volés.

Avec une arme de poing et un canon scié, ils agressent et volent une première fois deux personnes au quartier Nobel début février 2022. Munis d'un masque de clown, le meneur les guide le lendemain sur une terrasse où six personnes seront fouillés et volés sous la menace des armes. La même bande masquée est accusée d'un braquage deux mois plus tard sur la voie publique... toujours à Kourou.

Le meneur était donc un mineur

Poursuivis pour participation à une association de malfaiteurs et vols en bande organisée avec armes, cinq membres sont déférés devant le procureur de la République. Un mineur de 17 ans est placé en détention provisoire, trois autres sont placés sous contrôle judiciaire dans l'attente d'être jugé devant le tribunal pour enfants le 23 novembre.

Le jeune majeur du groupe, née en 2003, devait être jugé en comparution immédiate ce mardi 15 novembre. Son procès a finalement été renvoyé au 23 janvier prochain. Entre temps, il fait l'objet d'une assignation à résidence avec surveillance électronique. Selon son avocate, Maitre Aude Juniel, bien qu'il soit le plus âgé, son client n'est pas le meneur qui portait un masque de clown. "De ce qui ressort de la procédure, ce n'est pas un leader", indique-t-elle. Le renvoi s'est justifié par la demande d'obtention de dossiers médicaux que la défense n'avait pas encore en sa possession.