Le voleur escaladeur a pleuré
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !
TRIBUNAL

Le voleur escaladeur a pleuré

Bernard DORDONNE

Jean-Claude Sana, 29 ans, a été condamné par le tribunal correctionnel de Cayenne à deux ans de prison ferme pour sept faits de vols par escalade, dans une résidence de Saint-Laurent du Maroni.

Depuis la mi-août, il avait dans son viseur les habitants de la résidence Saint-Maurice à Saint-Laurent. Il repérait les appartements dont la baie vitrée était légèrement ouverte, il escaladait, jusqu'au deuxième étage s'il le fallait, et il récupérait tout ce qui s'y trouvait tandis que les locataires dormaient dans la chambre. Il traversait ensuite le fleuve pour se rendre à Albina au Suriname afin d'écouler son butin.
Une des victimes était présente mardi au tribunal pour le procès du voleur. L'homme lui a dérobé son ordinateur et des documents administratifs, dont son diplôme de directrice de centre de loisirs. Elle était encore en état de choc. « Il est rentré chez moi alors que mes enfants et moi dormions dans la chambre. Et si on s'était réveillé, il allait nous tuer! » s'exclame la victime face au président du tribunal.
« INTIMITÉ »
Nadège Tacite, procureur en charge des mineurs, a fait pleurer le prévenu dans un réquisitoire tranchant : « C'est un viol dans l'intimité des victimes. Je m'adresse à vous, Monsieur. Imaginez que la victime se lève pour pisser, vous pouvez la tuer, c'est ça le prix d'un ordinateur. Si on ne vous avait pas arrêté, un jour vous auriez pu violer une locataire que vous auriez vu en petite tenue sur le lit. Pourquoi vous n'allez pas faire vos délits au Suriname ? Parce que vous savez que là-bas, on vous oublie dans la prison et les conditions ne sont pas les mêmes qu'en France! » Le prévenu a essuyé ses larmes et a baissé la tête. Il a été condamné à deux ans de prison ferme.
Le Gelac : la parade contre les cambrioleurs
La résolution de cette affaire tient au travail d'investigations du groupe d'enquête et de luttes anticambriolages (Gelac) de la gendarmerie de Saint-Laurent. Mis en place au mois de juin, les militaires de cette unité font la chasse aux cambrioleurs. C'est ce groupe qui a permis d'arrêter Jean-Claude Sana (lire ci-dessus).
Pour mettre toutes les chances de leur côté, les gendarmes du Gelac de Saint-Laurent misent sur le flagrant délit en se fondant dans la population. En civil, les gendarmes anticambrioleurs détectent les habitudes, les créneaux horaires dans lesquels les voleurs interviennent, leur manière d'opérer.
En amont, le Gelac assure aussi une mission de prévention auprès de la population. C'est un travail de porte-à-porte, qui a pour objectif de répercuter une consigne essentielle : permettre aux gendarmes du Gelac de la commune de l'Ouest guyanais d'augmenter leurs chances de succès.