Cocaïne : deux Guyanais écroués dans l'hexagone
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !

Cocaïne : deux Guyanais écroués dans l'hexagone

M.O (m.odry@agmedias.fr)
Deux jeunes guyanais sont soupçonnés d’avoir mis en œuvre une filière d’importation de cocaïne dans les aéroports de Roissy-Charles-de-Gaulle et Orly. Ils sont actuellement en prison.
Deux jeunes guyanais sont soupçonnés d’avoir mis en œuvre une filière d’importation de cocaïne dans les aéroports de Roissy-Charles-de-Gaulle et Orly. Ils sont actuellement en prison. • ARCHIVES

Deux Guyanais âgés de 22 ans se retrouvent soupçonnés dans “ un réseau qui alimentait les points de ventes de cocaïne de toute la région parisienne”. C'est un colis, contrôlé par la douane de Roissy, qui a permis de les retrouver.  Auditionnés, les deux hommes auraient fait leurs aveux sur ce trafic.

 “560 000 euros de cocaïne saisis et deux Guyanais derrière les barreaux”, c’est le titre de l’article dans le journal quotidien Le Parisien. Après quelques semaines d'enquête, la police judiciaire du Val-d’Oise aurait découvert un autre réseau de cocaïne de la Guyane vers la banlieue parisienne.

 

Un colis à Roissy qui sème la découverte du réseau

Un Guyanais a d’abord été arrêté à son domicile (Argenteuil-95) il y a quelques semaines - un colis de 853 g de cocaïne avai été intercepté par la douane de l’aéroport de Roissy. Auditionné,” les policiers, qui ont placé le suspect sous surveillance bien plus tôt, comprennent que le réseau est en pleine action “. La douane est alors prévenue et intercepte une mule qui avait huit kilos de cocaïne sur elle. Aussi auditionné, “les deux hommes passent aux aveux en tentant de minimiser leur implication dans cette entreprise”.

D’après le quotidien, “les filières guyanaises occupent une grande partie du temps et de l’énergie des services de police judiciaire de la région parisienne.”

Les deux hommes ont été mis en examen, le 1ᵉʳ décembre à Pontoise (Val-d’Oise) avant d’être écroués. Une enquête est ouverte afin de déterminer la provenance exacte de la cocaïne, mais aussi qui sont les commanditaires en région parisienne.

La cocaïne est la seconde drogue la plus consommée en Île-de-France après le cannabis. Selon les observateurs qui travaillent sur la toxicomanie, cette poudre blanche, aux effets excitants et euphorisants, serait prisée par 1,6 % de la population, ce qui représente un marché d’environ 192 000 consommateurs.