Connaître la Guyane au temps de l'esclavage
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !

Connaître la Guyane au temps de l'esclavage

Propos recueillis par A.V.
Jacqueline Zonzon, présidente de l'APHGG, et Philippe Guyot, membre de la SAAGH, invitent le public à prendre part à ce colloque de trois jours à l'IUFM (AV)
Jacqueline Zonzon, présidente de l'APHGG, et Philippe Guyot, membre de la SAAGH, invitent le public à prendre part à ce colloque de trois jours à l'IUFM (AV)

L'Association des professeurs d'histoire-géo de la Guyane et la Société des amis des archives et de l'histoire de la Guyane proposent au public de rencontrer des historiens et chercheurs qui ont travaillé sur la période de l'esclavage en Guyane, dès aujourd'hui à l'IUFM. Jacqueline Zonzon, présidente de l'APHGG, et Philippe Guyot, membre de la SAAGH, expliquent l'intérêt de ce colloque.

Pourquoi organiser une telle rencontre ?
Nous voulions offrir au public le dernier point sur la recherche scientifique. En général, les chercheurs publient dans des revues scientifiques ou des ouvrages et leurs travaux restent difficilement accessibles au grand public. En organisant ce colloque, nous cherchons à faire de la vulgarisation, mais aussi à mettre en contact des gens qui travaillent sur les mêmes sujets et ne se connaissent parfois qu'à travers leurs publications.
De quoi va-t-on parler lors de ces rencontres ?
Le fait qu'on parle de la période de l'esclavage ne signifie pas qu'on va parler uniquement de la condition d'esclave. Nous allons voir l'histoire économique, l'histoire sociale, le côté juridique... On fera également un parallèle géographique en parlant de l'aménagement urbain. Quelle que soit la recherche au niveau de l'histoire de la Guyane, il y a toujours des avancées.
Cette histoire guyanaise est davantage étudiée aujourd'hui ?
En Europe, l'histoire ultramarine intéresse de plus en plus dans les facs. Le regard aussi a changé. Avant, on aurait pu l'étudier sur le thème de l'expansion européenne. Aujourd'hui, on étudiera plutôt des structures économiques et sociales dans le cadr